RSS

L’histoire du petit arbre

6 juillet 2013

Histoire

Il y avait une fois dans la   forêt un petit arbre couvert de   feuilles aiguës. « Ah ! disait-il   un jour, mes voisins sont   heureux. Ils ont des feuilles   qu’on se plait à voir. Les   miennes sont comme des aiguilles.   Personne n’ose m’approcher. Je   voudrais être plus favorisé   encore que mes voisins. Je   voudrais avoir… des feuilles d’or. »

La nuit vient ; le petit arbre   s’assoupit, et le lendemain matin   il est transformé. « Quel   bonheur, s’écrie-t-il, me voilà   couvert d’or ! Pas un autre arbre   de la forêt n’a un vêtement   pareil. »

Mais à l’approche de la nuit   arrive un vieux, avec de longues   mains sèches, une grande barbe et   un grand sac. Il jette autour de   lui un regard craintif, et voyant   que personne ne l’observe,   détache les feuilles d’or, les   met dans son sac et s’enfuit.

« Ah ! dit le petit arbre, je   regrette ces belles feuilles qui   reluisaient au soleil. Mais des   feuilles de verre pourraient être   aussi brillantes. Je voudrais   avoir des feuilles de verre. »

Le soir, il s’endort, et le   lendemain matin il est de nouveau   transformé. A tous ses rameaux se   balancent des feuilles de verre.

« Ah ! dit-il, voilà une jolie   parure. Mes voisins n’en ont pas   une pareille. »

Mais des nuages noirs   s’amassent dans le ciel, le vent   se lève, l’orage éclate, et   toutes les feuilles de verre sont   brisées.

« Hélas ! murmure en soupirant   le vaniteux petit arbre, il est   bien élégant ce feuillage que   j’ambitionnais, mais bien   fragile. Mieux vaudrait un   vêtement de bonnes feuilles   vertes parfumées. »

Le soir, le petit arbre   s’endort, et le lendemain matin   il est vêtu comme il l’a désiré.   Mais l’odeur de ces feuilles   fraîches attire les chèvres, qui   viennent les ronger, et, en se   dressant sur leurs pattes   arrière, elles rongent jusqu’à la   cime du petit arbre, et le   laissent entièrement nu.

Alors il reconnut la folie de   ses orgueilleux désirs. Il   regrette, en s’endormant le soir,   ses premières feuilles, et le   lendemain matin se réjouit de les   voir reparaître sur ses rameaux.

Elles n’ont point l’éclat de   l’or, ni la lumineuse   transparence du verre, ni   l’attraction des plantes   aromatiques ; mais elles sont   solides, on ne viendra pas les   lui prendre et il les gardera en   toute saison.

On veut souvent ce qu’on n’a pas.   Ce que possèdent les autres   déclenche chez nous l’envie   et le manque.

Mais nous pouvons nous   concentrer sur nos forces au   lieu de nos faiblesses, sur   ce que nous avons au lieu de   ce qui nous manque.

C’est un des secrets du bonheur.

(c)2008 www.club-positif.com

D’après un texte de Xavier Marmier

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...