RSS

Ces «islamiseries» qui envahissent les bureaux, les murs et les administrations par Kamel Daoud

6 juillet 2013

Kamel Daoud

Partout : «prières» en rimes accrochées aux murs, photocopies des architectures de la Mecque ou de versets entrelacées, «hadiths», «sagesses», petits dépliants, invocations contre le «mauvais œil», «rappels divins», dépliants (El Matwiaate, petits fascicules de fatwa, format pouce) etc., la religion des reliques prend l’espace des administrations algériennes. On ne s’étonne plus de retrouver sur les murs des bureaux publics, derrières les chaises et sur les vitres des guichets, ces «islamiseries» en conquête des espaces communs, sous la légitimité du religieux comme sujet exclu du débat et de la législation. La religion étant au-dessus de la loi et des règlements intérieurs et personne ne peut prétendre à l’autorité de la contestation. Le responsable qui osera dire à l’employé que cela est interdit, est accusé de le dire à Dieu et risque donc la stigmatisation. Le phénomène est aujourd’hui massif, peu discret et personne ne s’en offusque. Pourquoi en parler dans le pays de la plus grande mosquée d’Afrique à la place du plus grand pays d’Afrique ?

Parce qu’il s’agit de poser une question que tous évitent : le lien qui doit être codifié entre entreprise, administrations, espaces publics et religion. On doit, tôt ou tard, discuter du cout du ramadan sur l’économie algérienne, sur le comportement religieux algérien au détriment des heures de travail payées, et des codes de l’espace public qui permettent de construire une mosquée sur un trottoir et exige des permis de construire pour tout autre chantier. On n’est pas encore arrivés aux «demandes confessionnelles» qui se posent aux entreprises occidentales faces aux religions (le journal français Libération y a consacré un intéressant dossier hier), mais on est déjà aux signes ostentatoires de la foi dans l’espace du travail : sandales de plastiques et pieds mouillés dans les entreprises, les aéroports, les bureaux, tapis de prières étalés sur les dos des chaises, absences imposées pendant les heures de permanence qui coïncident avec les heures de prières… etc. Et un jour ou l’autre, il faudra s’y intéresser et en parler avec audace : prier n’est pas travailler et l’espace public n’est pas le salon de la maison et les affichages des «islamiseries» sont aussi illégaux que des appels partisans dans des bureaux de postes.

Sauf qu’il ne s’agit pas seulement d’un débat sur le respect de la loi et des espaces communs, mais du signe profond d’une misère intime des âmes et des croyances : la religion tombe dans ses propres préhistoires quand les peuples retombent dans l’usage des reliques. Aujourd’hui, en Algérie, comme ailleurs, l’islam sert à tout : se cacher du monde, attaquer le monde, tuer le monde, quitter le monde ou enjamber le monde. Les «islamiseries» sont un commerce, une psychologie mais aussi le produit dérivé du wahabbisme, son argent et son Royaume : Cela nous vient de l’Arabie saoudite, des imprimeries subventionnées, des chaines satellitaires de propagande religieuse et cela s’insinue, entre dans les esprits chancelants, envahit l’espace comme des criquets insonores et repousse la culture locale, ses signes, rites et codes vers la marge de «l’innovation maudite» (EL Bid’âa).

La religion étant un choix de Salut et pas une méthode pour ne pas travailler, «personnaliser» l’espace public ou s’absenter ou fermer des entreprises pendant tout un mois. Fatigué donc des commerces fermés pendant les heures des prières, des guichets en «absence» pour virées à la mosquée et des entreprises en berne à cause du jeûne. On a interdit l’usage de la religion pour la politique, on devrait interdire l’usage de la religion pour justifier les paresses et pour décorer les murs des bureaux.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...