RSS

Le bac au couteau m’a tuer par Kamel Daoud

5 juillet 2013

Kamel Daoud

Couper. Les djihâdistes coupent la tête et la main. Qui vole ou qui vote. On coupe aussi la route: acte surréaliste. La route appartient au Beylek selon la conception ottomane de l’Algérie. Quand on la coupe, c’est pour interdire à l’armée du Dey de venir, ou a l’impôt d’y être récolté. C’est un acte de sédition. Donc de révolte. Mais aujourd’hui, cela n’a pas de sens: à quoi sert de couper une route en Algerie? Quel est le message? Genre je ne fais plus partie de la fédération des 37 millions? Cela plaira justement au régime: partez, comme a dit lui. Donc on ne sait pas. Couper une route crée le désagrément et donc oblige à la réaction. C’est tout. 

Dépendant du régime absolument, les Algériens en colère inventent: certains ont même élevé un mur pour couper une route, il y a deux ans. Poursuivre: on «coupe» aujourd’hui le bac aussi. il faut en parler encore et encore. Des parents d’élèves demandent aujourd’hui «un second tour» parce que leurs enfants ont été perturbés par des tricheurs, par le sujet jugé difficile, par l’histoire nationale de l’émeute continue. Les perturbateurs demandent un sujet plus facile. Ou pas de sujet du tout. Juste le bac. Ou même pas le bac, juste l’argent qui est au bout de longues études. Le salaire final. Ou même la totalité de leurs salaires possibles en Algérie. En un seul virement. Ou encore plus: la part du puits. Un quota de barils livré à la naissance, à la mairie d’enregistrement. A la maternité. Ou encore plus: le sac, pas le bac. Le pétrole en vrac. Le morceau d’Algérie qui revient à chacun mais que chacun va emporter sous son aisselle et le revendre, le donner, le brader, le cacher ou le barricader. Pourquoi un bac d’ailleurs? Il suffit d’un couteau. Il suffit de couper quelque chose pour obtenir quelque chose. La guerre de libération avait inventé un peuple à partir de quelques douars et de quelques quartiers. Le pétrole, l’ANSEJ, l’argent facile, le non remboursement des prêts et l’impunité et les fraudes électorales ont fait le contraire: à partir d’un peuple, on a fabriqué des coupeurs de routes. Pourquoi un bac d’ailleurs? Aucun président algérien n’en a un. Et l’actuelle APN est la pire association d’analphabètes qui ait jamais existé en Algérie indépendante.

Il faut donc juste prendre son argent ou celui du plus idiot et partir. Pourquoi une civilisation? Un pantalon? Se laver les mains ? D’ailleurs pourquoi s’habiller, se raser ou cuire la nourriture? Juste attraper l’animal le plus proche de la main et le manger cru. Juste violer la femelle. Mettre un pagne et avoir un javelot. Cette terrible histoire du bac, s’il elle n’est pas suivie de sanctions publiques et de réformes, sera suivie par le chaos. Il fallait le redire.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...