RSS

El contôoole par El-Guellil

5 juillet 2013

El-Guellil

Un aéroport récemment baptisé d’un nom illustre de l’histoire de l’Algérie. Un voyage à lui seul. Les vols à l’international annoncent un/leur départ à plus de 2 heures quand l’annonceuse invite les passagers à rejoindre le pôle d’embarquement. Les « 4 » vols vers Marseille et Paris, des deux compagnies. Tous doivent embarquer « Immédiatement » précise-t-elle. C’est pour accélérer les boussboussades et les poussepousseries. Enregistrer les passagers le plus tôt possible. Eviter les retards « potentiels » et « éventuels ». 

Et pourtant, ils n’ont pas les mêmes heures de décollage et tout le monde sait que cet aéroport n’a pas autant de pistes pour organiser un tel ballet de départs. Dans un mouchoir de poche. Surtout en période de Omra.

Le contrôle est le plus draconien. A vous dissuader de voyager. Une compétence rare qui devrait alimenter les écoles aéroportuaires du monde entier dans le cadre de cas pratiques à éviter. Des « worst practices ». « 2 » guichets sont ouverts à raison d’un passager par tranche de 15 mn – une file d’attente mêlant jeunes, vieux et enfants se serrent pour faire face à un afflux de passagers poussés par la speakerine à rentrer en salle d’embarquement et des agents tranquillement installés dans leurs boxes à vérifier et regarder les fâchas des voyageurs, poser quelques questions du style « quand êtes-vous arrivés en Algérie ? » comme si le tampon d’entrée ne pouvait pas les renseigner – « chez qui étiez-vous en Algérie ?, où séjourniez-vous ? » Quel intérêt toutes ces questions pour passer une frontière ?

Douze contrôles sont nécessaires avant d’accéder à l’avion : enregistrement par la compagnie lors de la remise du billet, le contrôle à l’entrée de la salle du passage de la police des frontières par un membre de la compagnie et un autre check par un représentant de la police des frontières, un contrôle au guichet de la police des frontières avec tampon du passeport et du titre d’embarquement, un contrôle des représentants de la douane, un contrôle au passage x-ray de la police, un contrôle par la compagnie avant l’accès au bus qui transporte vers l’avion, un contrôle à la sortie du bus par la police, un contrôle des bagages à main par la police, une reconnaissance des bagages sur le tarmac, un contrôle au pied de la passerelle menant à l’avion du titre d’embarquement par la police et prélèvement d’une partie de celui-ci. Un scan « détecteur de métaux » par le chef d’escale avant l’entrée dans l’avion. Mais ce qui manque c’est le scan qui permet de contrôler « les passe-droits ». Mais il paraît que c’est pire à l’étranger.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...