RSS

C’est pas hier par El-Guellil

5 juillet 2013

El-Guellil

Pour beaucoup d’entre nous. Il est loin le temps de notre enfance. La jeunesse passée dans les rues à découvrir le monde. Nos cartables pleins de secrets de gamins. Le short et la chemise pendante par pans sur les côtés. Les genoux écorchés. Le souffle coupé d’avoir trop couru les ruelles de la ville. 

Le maître de classe, à la porte, attendant la sonnerie. Dès son retentissement. Nous voilà en rangs. Rangés comme des petits soldats, prêts à vivre de nouvelles aventures. Prêts à écouter leur maître. Aujourd’hui, il n’est pas rare de constater que ce sont les élèves qui attendent leur maître. En passant devant une école primaire. J’ai observé cette nouvelle jeunesse. A part le téléphone portable accroché à leur oreille. La seule main libre dans la poche. Certains lycéens se payent le luxe de plier le cahier dans une poche d’un pantalon «ranger» et n’ont pas de sacoche scolaire. Sûrement pour ne pas se surcharger. Peut-être pour ne pas se surpasser. A trop se décharger, on ne se remplit de rien. Pas même des leçons.

Au fond, les enfants sont toujours les mêmes. Leurs rêves ont changé avec la mutation de notre société. Le problème. Nos bambins nous ressemblent trop tôt. C’est tout.

Les copains d’abord, aimerais-je chanter. Je crierai même l’amitié avant tout. L’époque de nos 400 coups nous rend souvent mélancoliques. La nostalgie, c’est le regret d’un temps passé. Où nous avions la possibilité de savourer la vie et ses surprises. On voulait aller chercher le monde. On s’étonnait facilement. Nous n’étions pas blasés de trop de facilité. Nous étions plutôt rompus de découvrir ce qui nous entourait.

Donnons-leur l’opportunité de rêver. D’être heureux. D’être curieux pour apprendre le plus possible. Détruisons ces paraboles formateuses. Elles coupent les horizons en déployant l’oraison. Les oiseaux ont un vol plus haut. Leurs ailes s’accrochent. Ils trébuchent. Puis ils abandonnent. Ils se rangent gentiment. Ils viendront gonfler les rangs de la société. Ne chercheront plus l’évasion. Ah quel malheur ! Nous, naguère si libres.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...