RSS

Mais où sont passés les «Décideurs» ? par Kamel Daoud

2 juillet 2013

Kamel Daoud

La terrible nouvelle est une bonne nouvelle : personne ne sait ce qui se passe et ce qui va se passer en Algérie. Sauf peut-être Bouteflika et son frère. Pour une fois, ce que sait un Général d’armée ou un ministre de la république vaut ce que sait un Algérien assis dans un café, dos tourné à l’avenir, face tournée vers le croissant de lune. Le vide, le manque de logique du régime, le manque d’initiatives, l’absence d’indices et l’équivalence des scénarios font que nous sommes tous devenus égaux face au mur. Du Général Mediene, à Larbi l’anonyme. On peut se réveiller sur la certitude que Hamrouche va revenir et dormir sur l’information que Sellal va hériter. On peut jurer que Bouteflika va avoir un quatrième mandat tant qu’il a un doigt qui bouge et un frère qui surveille, et on peut jurer que le régime ne peut pas aller plus loin dans sa patience face au cas et qu’il va au moins prendre une décision.

C’est qu’on est habitué à ne pas voter, à ne pas élire et à être à peine consulté et souvent manipulé. Mais on n’est pas habitué à ce que ce pays soit sans électeurs et sans décideurs. C’est inédit : on a eu des décideurs avant même d’avoir un pays et là on se retrouve avec un pays sans décideurs. Du vide sous le cheveu et personne qui veut ouvrir sa bouche en premier et lever l’index avant les autres. Bouteflika est-il si terrible ? Redoute-t-on l’homme et sa vengeance ? Presque pas. Il s’agit surtout d’une sorte de neurasthénie. Une chute du muscle et de la volonté. Une baisse de la volonté de vivre. Une fin. Quelque chose qui ressemble à un affaissement de l’intérieur. Une baisse de la libido. Un manque de vision. C’est comme si certains n’avaient plus envie de posséder ce pays et d’en être propriétaires. Qu’allons-nous devenir ? Libres dans un terrain vague ? Enfin ?

Et plus on grimpe dans les échelles des «sources» et de l’information et plus on découvre que personne ne sait ce qui va se passer, si Bouteflika va remplacer Depardieu en France et si Depardieu va le remplacer ici, ou si Benflis va vraiment être rappelé ou si les islamistes ne vont profiter du vide comme ils le font toujours. Rien. L’Algérie est enfermée dans une tête et cette tête est enfermée dans une chambre et cette chambre est en France et personne n’a la clef.

Le règne de Bouteflika a tué les « Décideurs » mais en même temps, il n’a pas donné naissance à des électeurs. Résultat ? Rien. Et donc ? Il faut saluer au moins un autre Algérien : le maire d’Alger qui essaye de faire revivre Alger la nuit. De faire oublier le cauchemar de la guerre et de rendre la nuit aux Algériens, par des actes concrets, des parades et des actions. Bettache Président ? C’est du Valide.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...