RSS

Le mot de… la faim ! par El-Houari Dilmi

2 juillet 2013

El-Houari Dilmi

Un peu comme une infirmité «honteuse» dont le nom ne veut (ou ne peut !?) être prononcé par personne, malgré des symptômes trop voyants, d’une douloureuse thérapie en ces temps tourmentés, peut bien surgir le salut d’un pays, en proie à une vielle maladie dite de «croissance». 

Mais comme personne ne croit plus au «prodige» des bavardages sirupeux à faire roupiller les yeux exorbités un insomniaque chronique, la jeune génération d’Algériens a perdu jusqu’à l’envie de regarder devant elle, se transformant par une sorte de mutation génétique, en une redoutable «machine à tout casser», que rien ne peut enrayer, surtout pas ceux qui parlent d’une voix synthétique pour dire que le bonheur du peuple pourrait bien venir le jour où le soleil voudra se lever à l’ouest, et que personne n’y pourra rien !

Mais la question «kafkaïenne», avec le mois de tous les excès qui fonce vers nous à vitesse grand V, est celle de savoir si le peuple fait réellement face à un grand danger stomacal, au moment où tout le pays a d’abord mal à la tête ? Parce que celui qui passe sa vie à attendre, le ventre noué, que l’on veuille bien porter la cuillère à sa bouche, peut-il à la fin de sa vie mourir de faim et de pauvreté ?!

Mais comme plus personne, (ou presque), ne peut plus appeler un chat par son nom, le mot…de la faim est, peut-être, à chercher ailleurs que dans le ventre supposé «dévidé» du peuple d’en bas. Aujourd’hui, sous nos rues «enguenillées», il suffit de fixer dans les yeux n’importe quel Algérien de la rue pour comprendre que quelque chose ne va pas dans un pays où presque plus personne ne veut plus…vivre…A commencer par ceux qui veulent troquer leur propre visage contre une hypothétique place dans un chimérique Eldorado, qui n’existe plus que dans nos caboches embrumées. C’est que, dans un pays où vivre est déjà un impossible défi en soi, il devient trop dur de gagner à la loyale son pain quotidien, à moins de laisser sa main «baladeuse» traîner là où il ne faut pas ; ou trouver un petit job sans casquer l’équivalent d’au moins six mois de sueur…froide, avant même de toucher sa première solde, retirer quelque document d’état civil sans daigner, bon gré mal gré, «graisser la patte», même aux chats de gouttière…

Voir encore des jeunes, par pelotons entiers, user leurs neurones et leurs culottes sur les bancs des écoles et des campus universitaires pour se retrouver à quémander un sou «usé» à leur parents devenus, eux aussi, des «sans-le-douro», finit par donner au pays les allures d’une contrée qui meurt étouffée, ployée sous son propre poids écrasant.

Depuis que le soleil de la liberté a été recouvré, le pays, et avec lui un peuple lassé de regarder (de trop loin !) à une «bouhbouha» comme inexpugnable et d’attendre une «rafahia» qui ne vient pas, ont désappris à vivre à la suer de leur seul front.

Et comme pour (sur) vivre à peu près normalement, il faut d’abord pouvoir se nourrir de sa propre main, avant de penser à créer des partis politiques «cliniquement morts» depuis des lustres, se soigner avec ses propres médicaments plutôt que d’acheter sa santé «clefs en main», apprendre à se defender seul contre ceux qui veulent te voler ta croûte menacée, apprendre à regarder la terre tourner sans croire naïvement à… sa rotondité, cela suffit-il à préserver le garde-manger national dont l’on dit qu’il est gloutonnement désiré par les «autres» ??!

Faut-il rappeler que même seul, le peuple a bien appris à aimer la solitude ? En attendant, que quelqu’un d’ici ou d’ailleurs, veuille bien lui offrir une chaumière, bien plus «rieuse» qu’un palais aux murs vermoulus, menacé d’écroulement sous ses propres fondations mal consolidées…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...