RSS

A Tlemcen, c’est déjà 2014 à cause de Hollande par Kamel Daoud

22 décembre 2012

Kamel Daoud

Ceux qui ont participé à la visite vous le diront.Hollande a été aux petits soins de Bouteflika, le citant partout, surtout, comme tout. On aura peut-être un peu trop insisté sur le sens commerçant de cette visite, sur les contrats ou les accords, en oubliant peut-être le but des deux hommes, derrière les buts de leurs pays : revenir à la vie pour l’un, se donner une vie pour l’autre. Avec son pèlerinage algérien, Hollande a pris un peu de poids d’images, de consistance pour faire contrepoids à son manque de charisme et de visibilité internationale. Pour le moment, Hollande continue son métier de nettoyeur : faire admettre aux gens et aux pays liés que Sarkozy n’existe plus, que ce n’est pas qu’un souvenir ou un mauvais coup de volant de la France. En Algérie, Hollande a été sur les traces de ses ancêtres : il a fait un peu de de Gaulle (je vous ai compris), un peu de Chirac (je vous aime), un peu de culpabilité postcoloniale (on a été brutaux). Il va en récolter donc un second bon rôle dans l’histoire coloniale qui ne le concerne pas mais qui l’incommode comme elle incommode beaucoup de Français.

De notre côté ? Le but de Bouteflika est atteint : il est acclamé par les foules, accompagné par la France, souriant sous les caméras. De leurs mauvaises loges, Moubarak, Kadhafi, Bachar ou Benali et Ali Saleh doivent lui envier cette troisième jeunesse et cette chance inouïe.

Pour ceux qui ont accompagné les deux Présidents durant ces deux jours, on aura retenu cette insistante de François Hollande à citer le nom de son Bouteflika chaque deux mètres. Bouteflika sort de cette visite encore plus vivant que ses morts cycliques, plus présent, plus confiant dans son destin et plus intéressé par l’avenir. Et après l’effet trompeur des analyses sur les relations entre les deux pays, les économies, investissements et autres, certains ont même commencé à ressentir ce soupçon fin et insistant sur l’essentiel : il y avait comme un air de pré-campagne pour le nôtre. Le bonhomme est plébiscité par la fanfare, la France et la foule. Il ne reste donc plus entre lui et le 4e mandat que quelques centimètres et des formalités. François Hollande avait même l’air d’un colistier doux et fraternel dans ce jeu de couple. Dans les foules dites « spontanées », le cri n’était pas celui de « vive Hollande », mais « vive El Aziz », nom intime et de Royauté de Bouteflika dans le territoire du Tlemcénois. Hollande est donc venu pour renouer un meilleur lien avec l’Algérie, aplanir la mémoire et parler d’avenir, il vient de nous sceller presque un quatrième mandat, peut-être même malgré lui.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...