RSS

Egypte, la légitimité à l’épreuve des turbulences régionales

11 décembre 2012

Salim Metref

La situation en Egypte laisse perplexe tant personne n’a vu venir la crise pas même ceux qui ont en involontairement écrit le synopsis. Il est vrai que le temps use vite les certitudes et partout dans le monde l’euphorie d’une victoire, même la plus désirée, ne dure plus désormais qu’un temps souvent court. L’organisation égyptienne des Frères Musulmans est extrêmement organisée et a su, face aux épreuves de la répression et des aléas de la clandestinité, s’adapter et fourbu ses armes depuis très longtemps. Ses chefs ont toujours préféré la discrétion aux feux de la rampe et le pragmatisme à la précipitation, préférant ne pas s’exposer et laisser s’exprimer les fidèles lieutenants. Mais la montée au créneau inhabituelle du Chef suprême de cette organisation démontre sans aucun doute la gravité de la situation interne que vit l’Egypte. Tout avait pourtant si bien commencé. Un ralliement certes sur le tard à une révolution initiée et conduite par une jeunesse exaspérée sans attelage politique partisan mais un soutien sans faille apporté à un processus insurrectionnel qui a abouti à ce l’on sait, la fin d’un règne sans partage d’un régime vieillissant et autoritaire. Une élection présidentielle remportée notamment grâce à un ancrage social extrêmement important et un réseau associatif solidaire très implanté en milieu populaire et à l’écoute des besoins des plus démunis. Un discours très consensuel qui a réussi à intégrer la mosaïque égyptienne dans toute sa diversité notamment religieuse et l’émergence sur le devant de la scène d’une élite formée dans les meilleures universités anglo-saxonnes.

Un président élu qui a su magistralement géré en sa faveur l’épreuve de force qui l’opposa à l’ancienne hiérarchie militaire, composée pour une partie d’entre elle d’anciens acteurs majeurs de la séquence Moubarak et même de celle d’avant. Et puis ces grandes messes organisées sur la place Tahrir au cours desquelles le président égyptien a toujours promis de ne jamais rien caché au peuple et de demeurer toujours le président de tous les égyptiens et particulièrement de ceux qui par leurs sacrifices et leur combat ont rendu le changement possible dans ce pays. L’agression criminelle contre Ghaza et le rôle extrêmement utile joué par l’Egypte, avec également l’assentiment des Etats-Unis, a permis de faire cesser les bombardements Israéliens et de conforter le rôle de fin stratège du président Morsy. Même les encombrantes félicitations de Shimon Peres ont été entendues dés l’instauration de l’actuelle fragile trêve entre la résistance islamique palestinienne et Israël. Et puis l’irruption soudaine d’une crise comme sortie du néant. Et le dérapage. La mort par balles de manifestants. Et le sang innocent qui coule de nouveau dans les rues du Caire sera malheureusement, et sans doute pour longtemps encore, le marqueur du début d’un nouveau règne et d’une nouvelle ère. Certes les ingrédients d’une nouvelle explosion étaient déjà réunis. Une conjoncture économique extrêmement difficile, un sous-prolétariat urbain en constant agrandissement et surtout une nouvelle épreuve avec l’institution judiciaire et la corporation des magistrats qui ont sans aucun doute mis à rude épreuve l’endurance du président égyptien et entaché son aura. Et puis cet entêtement malheureux a vouloir faire passer au forceps un texte constitutionnel dont l’un des articles confère de puissants pouvoirs au président et la volonté sans doute naïve de vouloir imposer un agenda politique et électoral qui peut laisser croire, à juste titre peut-être, qu’il vise à prendre de vitesse ses adversaires politiques ont sans doute précipité les événements et provoqué la situation actuelle. Et les concessions en dernier ressort faites par le président égyptien ne peuvent de toute évidence que conforter la thèse de l’erreur politique. Une erreur politique qui ne serait pas une erreur fatale. Mais au-delà de la nécessaire poursuite du processus révolutionnaire en Égypte qui n’a pas encore atteint ses limites, il serait également naïf de penser que tout n’est qu’événements fortuits et le timing de ce bouleversement inattendu de la scène politique égyptienne ne pourra pas faire oublier que beaucoup, en Égypte mais surtout ailleurs, n’attendaient que cette opportunité de crise pour porter l’estocade au président égyptien et saisir l’aubaine des premiers couacs de sa gestion. Mais ce dernier reste, et quoique l’on puisse penser, légitime, démocratiquement élu et très au fait de la conduite des affaires de son pays et des conjonctures internationales. Le président Morsy paie ainsi le soutien indéfectible qu’il apporte au peuple palestinien et aux habitants de Ghaza. Car il est également à l’écoute d’une opinion égyptienne qui exige l’abrogation des accords de Camp David qui n’ont pas apporté l’opulence promise et qui brident la souveraineté de ce pays sur le Sinaï. La proximité politique et idéologique entre les Frères Musulmans Égypte et ceux du Hamas Palestinien, de Syrie, de Tunisie, de Libye et de bien d’autres pays encore démontre que cette organisation, d’essence égyptienne et au caractère supranational incontestable, est extrêmement puissante et qu’elle peut constituer à moyen terme l’une des clefs qui permettra de constituer la véritable colonne vertébrale d’une future confédération des états musulmans, précurseur de l’émergence tant attendue du monde musulman et de la renaissance et la résurgence tant espérées, pour beaucoup, du Khalifat. Le danger pour certains se situe sans doute à ce niveau. Il faut détruire l’idée même de l’émergence probable du monde musulman qu’il faut toujours maintenir dans la guerre, la dépendance et surtout l’allégeance à ceux qui sont les puissants actuels de la planète. Et son corolaire, briser l’Egypte, clef de voute de cet édifice qui vient. La crise égyptienne n’a pas encore révélé tous ses soubassements et il serait peut-être hâtif de tirer des conclusions erronées ou pire de sonner, comme le font déjà certains, l’hallali de la pensée politique islamique contemporaine. Espérons seulement qu’au pays des pharaons, la sagesse et l’intelligence l’emportent encore une fois sur la confrontation des antagonismes.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...