RSS

Demain s’écrit-il à Carthage ? Par : Abdelhakim Meziani

7 décembre 2012

Abdelhakim Meziani

Samedi, 24 Novembre 2012 09:50

LA CHRONIQUE DE ABDELHAKIM MEZIANI

La quatrième Guerre punique n’aura pas lieu. Carthage a toujours su renaître de ses cendres. La preuve en est donnée par la présente édition de ses Journées cinématographiques. Une édition qui fait la part belle aux “Écrans d’avenir”, une nouvelle section qui célèbre la jeunesse, ouvre le champ à des expérimentations novatrices et met en scène des propositions esthétiques alternatives.
L’intolérance n’aura pas fait long feu. Et les constantes du rendez-vous arabe et africain du cinéma sont toujours vivaces. L’attachement des jeunes cinéastes au mouvement national tunisien et la position stratégique occupée par la femme dans la société chère à Tahar Haddad ne laissent subsister aucun doute. La Tunisie plurielle a encore de beaux jours devant elle. De quoi conforter la thèse du ministre tunisien de la Culture, soutenant que s’il est encore trop tôt pour que la production cinématographique de son pays investisse et exploite l’extraordinaire potentiel de cette révolution, le nouveau contexte de liberté et des risques qui la menacent ne peut être que propice à davantage de créativité et de rayonnement.
Les mutations politiques et sociales à l’honneur ont ouvert, tout particulièrement aux jeunes, un champ exceptionnel pour expérimenter de nouvelles voies de création: “C’est bien cet élan qui se manifeste avec éclat dans les productions de ces deux dernières années”. Témoin attentif de ce qui se passe en Tunisie depuis 1973, je suis en mesure de dire que cet élan est bien antérieur à ce que d’aucuns appellent la Révolution du jasmin. Aux JCC, les jours défilent comme des images et l’engouement depuis des décennies pour le cinéma n’a d’égal que la somptueuse adhésion des jeunes Tunisiens qui font la chaîne devant les guichets des salles obscures.
La réflexion et les débats passionnés y ont toujours occupé une place importante. Mohamed Médiouni, le directeur du festival, est en parfaite symbiose avec son ministre de la Culture, surtout lorsque Mahdi Mabrouk affirme qu’aux JCC l’occasion n’est pas seulement donnée pour voir des films: “On va au plus profond des choses, par les débats, la réflexion, les rencontres, les échanges, ce qui fait du cinéma un espace infini qui donne son rythme et son sens à la vie.” Ce qui n’est pas sans rappeler à mon bon souvenir ce slogan cher aux maoïstes français des années 1970, “Quand on aime la vie, on va au cinéma”. C’est tant mieux pour le cinéma arabe et africain qui a vraiment besoin de considération, d’une bouffée d’oxygène salvatrice, à un moment où les JCC déclinent une nouvelle section dédiée aux chefs-d’œuvre restaurés, un projet-phare de restitution de la mémoire cinématographique qui aura été, avec la mise en place du socle juridique et international du Fonds panafricain du cinéma et de l’audiovisuel (FPCA), l’une des curiosités de la présente session des JCC.
A. M.
zianide2@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...