RSS

QUI VA ETRE MAIRE CE 29 NOVEMBRE ? par El Yazid Dib

29 novembre 2012

El Yazid Dib

Une créature humaine. Ou une autre de la même espèce. Pourvu que le siège laissé pour vacant soit rempli. Tant bien que mal. Médecin ou ingénieur; là n’est pas le propos. Il est cependant dans ce qu’il peut faire.

Le maire par définition politique est un consensus populaire. Résultat d’une opération électorale d’addition de voix ; il n’est pas le produit d’une gérance. C’est une encaisse de l’urne. Il n’est pas un fonctionnaire banal et anodin qu’un acte pourvu d’autorité discrétionnaire arrive à le nommer selon une forme procédurale suite à un concours externe ni le dégommer selon une autre. Il est un partisan. Il émane, en principe d’une volonté populaire. C’est au parti, le sien à qui incombe le devoir d’assurer la production. L’administration tient ne lieu que d’un certificat d’authentification, voire de label. Si sur le plan politique toute personne portée sur une liste électorale était supposée remplir les conditions tacites de performance politique, il en serait autrement, la pratique le démontre ; quand ce candidat devient élu et de surcroît chef d’un exécutif communal. La partie est pénible plus que ne l’était la campagne électorale.

Celle-ci s’est vite essoufflée, une fois commencée, pour ces énièmes joutes municipales de fin novembre 2012. Quelques affichettes mal conçues, des slogans vides, voilà un menu qu’ils disent électoral. Ce sont en effet les partis qui procréent les maires. Il suffit d’être tête de liste ou classé à proximité immédiate de cette tête pour que l’on ait la chance inouïe de devenir président d’assemblée communale. Le peuple par son vote ne valide en fait ce qu’il lui est proposé ou/et imposé. Pourtant avec le parti unique, alors que l’on exigeait une démocratie ; celle-ci était pratiquée à une échelle très individuelle. Certes il n’y avait pas autant de partis, mais beaucoup de candidats. Ils se départageaient par le stylo. C’était la personne et non la liste que l’on crédibilisait. Le trait personnel et intrinsèque du candidat, quelque soit son rang « de classement » est vite repéré par l’électeur. Un autre trait manuel servait à cocher les « mentions inutiles ». Soit barrer le nom non désiré. La campagne se faisait par le candidat, alors que le parti la faisait pour rameuter les foules. Ainsi, il était difficile de pouvoir s’inscrire dans une liste. Plus difficile serait l’élection. En ce jour, l’on voit des « têtes » de liste, non rassurées sur l’issue du scrutin. Ils ne seront pas, ces « têtes » forcement désigné-élus comme maire ou P/apw. Le subterfuge du candidat suivant est toujours de mise. L’on peut comprendre le jeu politicien qui se trame au travers le tissage de ces listes. L’expérience a démontré le coup d’Etat électoral fomenté au sein des listes à la veille de l’heure de vérité. Le premier classé n’est utilisé parfois que comme appât électoral. Toujours, beau, gentil et souriant en photo.

Le P/APC, autrement et il est facilement pratique de l’être, sera celui qui saura s’éloigner des problèmes. C’est-à-dire qui ne les crée pas ni participe à leur création. Il ne lui sera en aucun cas demandé de résoudre ceux qui existent déjà. Il a cependant toute l’attitude de pouvoir régler les affaires en suspense dépendant de son giron. A plus forte raison, il devra anticiper son mandat par le ciblage des impasses ayant emmaillé le mandant antécédent. Il est dommage de constater qu’à chaque nouveau maire, un état des lieux beaucoup plus subjectif est établi. Le logement et l’emploi ne sont pas des problèmes. Encore s’ils le sont, ils ne sont pas de sa compétence. Ce sont une affaire d’Etat. Que lui restera t-il donc à résoudre ? Rien. Enfin les dissidences en son sein. Les luttes de clan y compris celle du sien. Il pourra par contre éluder les obstacles impératifs dans son parcours quinquennal à défaut de motion de défiance avec retrait d’une certaine confiance mal déposée déjà en les auteurs, en veillant à garder intact sa crédibilité ne serait-ce sur le plan comportemental. La fonction qui par principe engendre l’organe ne devrait point lui faire miroiter le besoin d’adapter la fonction à sa personne. C’est l’inverse qui est vrai. Le maire étant un personnage important, à charge donc pour la personne « élue » de pouvoir rentrer dans la peau de la personnalité convoitée.Eloigné de l’acte élaborateur delois , l’élu en chef local se retrouve démuni quand il s’agit de faire appliquer une réglementation. Il n’est jamais mis au parfum de ce qu’il va advenir de la gestion de sa commune. Même le parti ; le sien à travers ses députés n’arrive pas à créer un lien de coordination permettant au maire de concert avec les représentants nationaux de sa corporation politique d’être informé ou consulté sur l’initiative des lois et règlements. Heureusement pour la pérennité de l’Etat que le ministère de l’intérieur est là ; toujours à la rescousse, avec ses séances d’apprentissage, ses colloques, son accompagnement envers les maires nouvellement élus. En 2007/2008 tous les élus sont passés par les classes de l’ENA où le management, la complexité du budget et autres cursus furent mis à leur profit. Avez-vous vu un maire saisir directement un ministre pour lui exposer la situation de sa commune ? Et pourquoi ne le fera-t-il pas ? On est loin de penser, que ce maire tient à respecter une certaine hiérarchie. Mais en droit, en bon droit sa hiérarchie n’est que politique. Il n’a pas de lien de dépendance envers le chef de daïra ou le chef de ce dernier. Certes ce dernier à droit de regard, comme l’autre a le pouvoir d’exercer un droit de supervision, pas plus. Rien n’est érigé comme obstacle réglementaire pour empêcher le maire de saisir, pour les suites utiles, quiconque. Car avant tout, il est une entité d’origine politique. C’est à ce titre qu’il doit oser les choses louables et anticiper les cas indéniables. Seul un cran intrépide, à la limite de l’audace tactique est à même de faire secouer les choses. Seulement le poids de la tradition non écrite pèse lourdement sur le pli communal et chaque maire tend à passer en consignes cette « habitude » à son remplaçant. Qu’encourt dites-vous un maire qui aurait à s’adresser directement à l’un ou l’autre membre du gouvernement ? N’est-il pas le premier magistrat dans sa commune ? Le paradoxe, si un citoyen est apte à écrire à n’importe quelle autorité, pourquoi le représentant de milliers de ces citoyens ne pourra-t-il pas le faire ? Avez-vous vu un maire saisir directement son secrétaire général de parti ? Au moins pour lui faire des propositions d’amendement de lois et règlement, après avoir constaté des lacunes ou des dysfonctionnements sur le terrain. Sinon à quoi rime la constitution de groupes parlementaires ? Le maire que l’on imagine sera élu ce jour, c’est cette personne qui incitera l’acte de pouvoir savoir surpasser l’actualité. C’est celui qui saura se libérer de l’emprisonnement auquel il s’auto-destine préalablement. Ce maire, on le suppose saura faire venir l’investissement jusqu’à chez lui, n’attendant pas une faveur à venir d’en haut. Qu’il aille, bâton de pèlerin en main, dénicher les possesseurs de fortune, les amadouer, les assister et leur offrir les potentialités d’établissement dans son territoire. N’est-ce pas là, une règle de compétitivité à instaurer entre les différentes communes ? L’émergence et la promotion de l’intercommunalité ne sont-ils pas les principaux exposés des motifs dans le nouveau code communal ?
Qui va empêcher l’action d’un maire voulant ramener un gros investisseur à s’établir dans sa commune ? La loi et le règlement diriez-vous. Certes le Calpi tel qu’il fonctionne actuellement constitue un outil de promotion à l’élan d’investissement mais ne prend guère en compte le souci communal, notamment celui des agglomérations secondaires. Le maire qui y siège n’a de voix que celle de sa petite personne, comparée à celle d’autres membres plus consistants, notamment celle du président de séance. Le maire qui sera élu ce jour, doit être cet homme ou femme (je ne pense pas qu’il soit une femme ; les partis n’osent pas les afficher en tête de liste) qui prendra le taureau par les cornes. Il ira à l’Assemblée Nationale, fort de son groupe de députés, étayé par les membres de l’instance suprême de son parti et y fera son discours. Encore dites-vous la loi ne le permet pas. Mais, ça sert à quoi, alors un maire s’il n’arrive pas à mobiliser ses soutiens politiques, sa propre famille ? Pourtant la nouvelle loi relative à la commune avait tenu à introduire dans son dispositif la gestion participative pour impliquer davantage le citoyen dans la gestion des affaires de sa commune. C’est cette notion de « défendre son dossier » qui devra primer chez le nouveau maire et partant assurer le confort socio-économique de ses concitoyens. Du ciblage des sources d’investissement et leur accompagnement continuel dépendra la réussite d’une commune.

Les citoyens, électeurs et population sont en attente de voir se faire à leur bonheur, des réalisations, des actions capables d’endiguer qui le chômage, qui la précarité, qui la monotonie. En fait, chaque maire est tenu de lutter contre la pauvreté. Rester dans l’expectative de l’affectation de ressources fiscales, prêter le flanc à quelques subsides subventionnels n’est pas de nature à faire émerger une nouvelle race de dirigeants élus des collectivités locales. J’ai vu des maires faire le pied-de-grue dans des cabinets, alors que l’on devrait les faire chez eux. J’ai vu des maires prendre peur bleue à la moindre vocifération quoique indirecte d’un gouverneur local. Comme j’ai entendu parler de ces maires qui défiaient, dans leur temps ; des décisions qu’ils prenaient pour iniques et prises par des préfets en mal d’inspiration populaire. Quel est ce maire, me raconte-t-on qui dans ses bureaux s’est vu défiler un groupe de marchands occasionnels, venus porter à sa connaissance une interdiction d’étaler leurs marchandises en cette pré-période du mouloud ennabaoui. Dans sa ville, la tradition était alors d’assiéger les bords situés sous les arcades d’un boulevard en vue de la revente pour quelques jours ; de bougies, de dattes, de confiserie, de bkhor, de henné, arômes et autres substances minérales à usage domestique. Le préfet de l’époque n’ayant pas tenu compte de cette coutume de négoce, s’est empressé, croyant assainir l’espace de prendre un arrêté d’expulsion par l’usage de la force publique. Apres échange de propos et d’amabilités superficielles et devant le refus du préfet de revoir sa positon ; le maire prit alors à son tour un arrêté municipal autorisant de telles pratiques. L’humeur de la mauvaise cohabitation dans la gestion bicéphale de la commune commençait déjà à prendre forme. Vous le devinez, c’est à la légitimité historique qu’est revenu le dernier mot. En fait du sujet, c’est à la raison populaire, devrions-nous dire. Le marché « de noël » a continué à se faire jusqu’à un certain temps, pris de cours par l’importation et la multiplicité de la ville, il s’est évaporé naturellement sans nul autre arrêté ni de l’un, ni de l’autre. Mais pourquoi sommes nous obligés de comprendre nos différents responsables élus ou nommés que part cette prédisposition à la contradiction ou aux bras d’honneur ? La guéguerre, l’incompatibilité d’humeur, la prise du dessus, la démonstration de force, la volonté de nuire, l’apparat extérieur dominant ne sont pas d’excellents paramètres de comparaison. Ce n’est pas à l’entêtement qui se pratique le plus souvent au détriment d’une population que l’on doit reconnaitre un bon d’un épouvantable maire. Il y a des walis qui par désharmonie ou incompréhension mettent au placard un maire, mettant ainsi toute sa localité dans la marginalisation de l’octroi de projets et retournent leurs regards à son égard. D’autres sont plus à l’écoute de la population que ne l’est leur représentant. La personnalité et ses traits intrinsèques demeurent cependant et à jamais des atouts majeurs dans un maire qui saura les mettre en évidence. J’ai entendu parler de cet ex-ministre qui, élu maire de sa ville recevait tout l’honneur de la part de sa tutelle. Le chef de daïra à son époque ne le convoquait pas. Il l’invitait aimablement et personnellement, au moment où ses pairs recevaient le plus administrativement du monde des convocations scellées, timbrées et fermées. Pour une quelconque réunion. Et si nous avions comme maire, des anciens ambassadeurs, des anciens ministres, des anciens walis ? J’ai imaginé, dans mes élucubrations de rêveur Cherif Meziane ancien ministre de l’intérieur comme maire d’El Eulma, Belayat Abderrahmane à Sétif, Benflis à Fesdis, Belkhadem à Tiaret, Ouyahia à Beni Douala, Aboudjerra Soltani à Chréa, Driss Eldjazairi à Mascara ,Barkat à Biskra, Ould Abbes à Oran et ainsi de suite. Quel serait le comportement de la « tutelle » locale face à ces présidents d’APC ? De quelle nature d’avis seraient revêtues leurs délibérations ?

L’on constate en finalité que le maire est presque un grand tout. Il est tout, en ce presque de rien du tout. Si le président de l’assemblée communale ne peut ni octroyer un lot de terrain, ni attribuer un logement social, ni dégrever un impôt, ni passer outre un procès-verbal, ni se déplacer, ni interpeller un ministre, un directeur général, que lui reste t-il donc comme attribution à même de légitimer sa « légitimation » ? Nettoyer les rues et les avenues ? Gérer la zizanie communo-intestines? Confronter les émeutes ? Détruire l’habitat précaire et encaisser la colère populaire ? Maire ou président d’assemblée de wilaya, cet élu un personnage hybride et nuancé non encore résolu. D’origine politique, il exécute le plus souvent sans moyens les ordres d’une tutelle publique. Administratif il est soumis ; à l’instar des fonctionnaires gestionnaires aux règles de la comptabilité publique. Sa responsabilité reste entière en tous domaines, sauf en matière politique. Encore il risque de subir les frais politiques et partisans lors d’un prochain scrutin. Que de maires sont partis pour ne jamais revenir. C’est ca justement tout le paradoxe de ce mal-élu.

Peut être avec la nouvelle mouture du code communal et du code de la wilaya, les textes subséquents, les pouvoirs publics, sinon le législateur donneront plus de tonus à la charge du maire. A charge aussi pour lui d’être à la hauteur des défis majeurs que se lance le pays.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...