RSS

Leçon d’amour et de respect Par Yacine Idjer

11 novembre 2012

Yacine Idjer

Documentaire /«Rencontre à Djelfa»

Leçon d’amour et de respect Par Yacine Idjer  dans Yacine Idjer eb81ef

Itinéraire n L’idée d’une Rencontre à Djelfa remonte à 1993 lors d’un repérage pour un documentaire sur le sel à Djelfa.

Produit par Machaho production, le film est doublement organisé et réalisé par Mohamed Cherif Bega.Il met en scène deux personnages que la culture, l’histoire et, de surcroît, la religion, séparent et font leur différence, mais en même temps les réunissent autour d’un même principe l’amour, le respect et l’acceptation de l’autre.
C’est l’histoire de Hadj Delloula Bellabès, un nomade de la tribu des Ouled Naïls de la région steppique de Djelfa, torturé et condamné à mort pendant la Guerre de Libération et le Père François de Villaret, missionnaire français, venu en Algérie en 1935, adopté par les habitants de Djelfa sous le nom du «marabout Abderrahmane».
Tous deux sont amis et leur amitié dépasse leur différence culturelle et religieuse. Elle va au-delà des préjugés, du rejet, du formel, de l’identique, du fondamentalisme, de l’extrémisme… Elle dévoile un comportement sincère, humain, une valeur universelle. Leur amitié forte et durable prône l’acceptation de soi. Chacun absorbe l’autre, l’assimile dans le respect et l’humilité, sans toutefois perdre une part de soi. Leur amitié se veut une leçon de ce que nous devons être : soi-même, honnête, ouvert, juste, vrai…
Derrière cette amitié pleine de dévotion et de chaleur, sont racontés la ville de Djelfa, son histoire et son patrimoine. C’est la construction d’un espace-temps, une dimension dans laquelle est reconstitué le rapport de Hadj Delloula Bellabès et le Père François de Villaret.
Rencontre à Djelfa, un documentaire de 52 minutes, est aussi une histoire du patrimoine matériel dont regorgent la ville de Djelfa et sa région. Car les deux personnages, Hadj Delloula Bellabès et le Père François de Villaret, sont passionnés par son patrimoine culturel.
Leur amitié, qui dépasse l’entendement restrictif, les a conduits à vivre une aventure unique en son genre : recherche et recensement des gravures rupestres préhistoriques. A cette quête s’ajoute la mise en valeur du patrimoine aussi bien matériel qu’immatériel des Ouled Naïls. Tout cela est raconté à travers le destin croisé mais complémentaire de Hadj Delloula Bellabès et du Père François de Villaret.
Cette aventure patrimoniale et culturelle a abouti à la création d’un musée, à savoir le lieu de torture de Hadj Bellabbès (et des moudjahidine) à Djelfa. Ce musée, ouvert à tous, est l’expression la plus symbolique, celle du rapprochement et de l’acceptation de soi dans l’autre.

Rencontre à Djelfa est fait aussi de témoignages spontanés et riches en émotion de personnes de la région ainsi que de l’archéologue Malika Hachid pour les deux personnages atypiques. «Ces témoignages évoquent leur volonté, leur amitié et leur abnégation pour valoriser et promouvoir le patrimoine culturel de cette région dont l’expression vivante reste la création du Musée de la ville de Djelfa qui leur emprunte le dépassement de leurs différences culturelles et religieuses», nous dira le réalisateur. Le film se propose de restituer le cheminement singulier de la rencontre entre El Hadj Bellabes, un militant nationaliste et un missionnaire, le Père Villaret (décédé en 2005), et ce à travers «l’esquisse de la beauté magique de la steppe et de son paradis enfoui au cœur du temps, les gravures rupestres de l’Atlas saharien, l’évocation de la vie pastorale et des archives de leur époque». L’intérêt qu’accordaient les deux hommes à la préhistoire et à l’anthropologie, les a alors poussés à s’investir avec dévotion dans l’exploration des parcs archéologiques à ciel ouvert de la région, sans aucune formation dans le domaine. Leur amour éprouvé pour les peintures et les gravures rupestres a «accouché» d’une amitié solide surpassant tout ce qui «devait» les opposer (religion, culture et histoire).

Arts et Culture Edition du 19/5/2011

editarchive_php_smartbutton1 dans Yacine Idjer

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...