RSS

Une ville, une histoire Zohra coupe-gorges


Légende - Certains prétendent qu’elle s’appelait Zohra, d’autres disent, au contraire, qu’elle se nommait Zahra,l’essentiel est qu’elle décida d’en faire un fonds de commerce.

Zemmora est une petite ville d’architecture coloniale qui relie, après une route sinueuse et toute en lacets, les plateaux du Sersou à la vallée de Relizane.
Compte tenu de son relief, la cité a été construite sur les versants de la montagne, dans les moindres aspérités de ses rochers.
Les habitants, qui l’ont presque clochardisée aujourd’hui, viennent des douars et des dechras environnants et vivent du pâturage, de petits commerces et des produits de la terre.
Lorsque éclate la Révolution, une jeune femme de la campagne, robuste et bien en chair, comprit tout de suite les avantages qu’elle pouvait tirer de la nouvelle situation.
Certains prétendent qu’elle s’appelait Zohra, d’autres disent, au contraire, qu’elle se nommait Zahra, l’essentiel est qu’elle décida d’en faire un fonds de commerce.
Aidée par une demi-douzaine de chômeurs sans le sou, elle organisa alors une véritable bande de coupeurs de gorges, sous le prétexte qu’il fallait aider les caisses des moudjahidine.
Le stratagème était simple, les voyous s’armaient de gourdins, de bâtons et de couteaux, se cachaient derrière les rochers, et dès qu’ils apercevaient un véhicule à un virage bien précis, se positionnaient et barraient la route.
Les automobilistes, surtout des chauffeurs de taxi, étaient priés de s’arrêter et d’éteindre le moteur.
Arrivait alors Zohra, flanquée de deux malfrats solidement armés, elle demandait aux passagers de lui remettre leur argent, leurs bijoux et tout ce qui avait de la valeur dans leurs valises.
«Ces hommes qui vous dépouillent, disait-elle dans une posture théâtrale, c’est pour la bonne cause, ce sont les enfants de la Révolution.»
De fil en aiguille, les gendarmes de Zemmora, qui avaient reçu plusieurs plaintes, montèrent un contre guet-apens à ces voleurs, qui avaient fini par faire parler d’eux, jusque dans les casernes.
Et c’est ainsi que cette «pasionaria» fut arrêtée, ainsi que ses complices, en flagrant délit de banditisme un après-midi d’été où la bande avait relâché sa vigilance.
Depuis, personne au village n’a plus entendu parler d’elle. Même son histoire a été effacée des mémoires.

Abdenour Fayçal

Le journal des locales Edition du 21/4/2012

Une ville, une histoire Zohra coupe-gorges dans Abdenour Fayçal editarchive_php_smartbutton1

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...