RSS

Une ville, une histoire Le cadavre

10 novembre 2012

Abdenour Fayçal


Volonté - Il mourut dans les bras de ses compagnons non sans leur demander une ultime promesse : ne pas laisser son corps à la France.

C’est l’histoire d’un enfant exceptionnel qui est né et qui a grandi dans l’Algérie coloniale. Sa haine de l’Européen et particulièrement du pied-noir, va lui ouvrir la voie d’un destin hors du commun ou du moins à une mort hors du commun.
Le jeune Lakhdar a vu le jour à Palestro. Après des études primaires et un CAP en maçonnerie, il décidera de prendre le maquis.
Il quittera le domicile familial sans que ses parents aient le moindre soupçon sur ses projets.
Si Lakhdar ne tarde pas à faire parler de lui dans les djebels d’une région naturellement sauvage. Il côtoiera le commandant Azzedine et le colonel Bouguerra.
Son courage lui vaudra la reconnaissance de ses chefs qui lui confieront de nombreuses responsabilités. Il refusera tout ce qui était paperasse et bureau et préférera se battre aux côtés de ses hommes.
Il se fera malheureusement faucher par une rafale tirée à partir d’un avion qui volait en rase-motte. Il mourut dans les bras de ses compagnons non sans leur demander une ultime promesse : ne pas laisser son corps à la France.
Il sera enterré dans le jardin d’un fellah, discrètement à la périphérie d’un petit douar anonyme.
Lorsque le commando quitta les lieux, le fellah qui avait une peur atroce des représailles de l’armée française, déterra le cadavre pour l’inhumer une seconde fois, mais plus loin, près d’un oued.
Pris de peur que l’oued ne déborde un jour et n’emporte le cadavre, il décide alors de l’enterrer une troisième fois un peu plus haut, là où les eaux ne risquent pas de violer son sépulcre.
A l’indépendance Si Lakhdar reposera enfin dans une quatrième et dernière tombe, celle de l’éternité.
En hommage à sa bravoure et à sa passion pour son pays, la ville de Palestro porte désormais son nom : Lakhdaria.

Abdenour Fayçal

Le journal des locales Edition du 7/11/2012

Une ville, une histoire Le cadavre dans Abdenour Fayçal editarchive_php_smartbutton1

,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...