RSS

La petite histoire de Béchar

Une ville, une histoire

Passion - Le père Foucault s’abîmera en contemplateur pendant des années devant le site de cette nature qui n’est que le pâle reflet de la majesté de son Créateur.

Chaque ville a son caractère et son charme particulier.
Son histoire aussi, souvent méconnue et qui mérite d’être racontée.
De par son éloignement des grands centres urbains où l’on ne peut même pas s’écouter comme disait un vieux proverbe, Béchar fait partie de ces cités discrètes, qui ne font pas de vagues et qui ont cette exceptionnelle propriété d’être calmes et chaleureuses à la fois.
C’est ce côté «désert», ce côté mer de sable jaune qui attire régulièrement l’étranger.
Mais pas pour les mêmes raisons. C’est vrai que des dizaines de milliers de touristes du monde viennent chaque année se ressourcer et faire un break dans l’oasis de Taghit, y compris pendant la décennie noire.
Quelques-uns même fêteront le nouvel an, au milieu des palmiers et de la verdure.
La région a accueilli d’autres personnages qui n’ont été inscrits sur aucun registre d’hôtel.
Bourguiba d’abord, dans les années 50. La France voulait à tout prix isoler ce trublion de son peuple, en vain. Il y passera quelques mois dans le secret entre El-Bayadh et Béchar. Robert Lamoureux, l’homme aux 100 films, séjournera près de deux ans en qualité de comptable dans la mine du pays.
Le père Foucault s’abîmera en contemplateur pendant des années devant le site de cette nature qui n’est que le pâle reflet de la majesté de son Créateur.
La petite Isabelle Eberhardt tombera éperdument amoureuse du site au point d’être emportée par les crues d’un oued.
Un autre personnage qui appartient à l’histoire récente de la Seconde Guerre mondiale peut, lui aussi, être enregistré sur la liste des VIP.
Le général Leclerc commandant en chef de la 2e division blindée qui chassera les Allemands de Paris qu’ils ont occupé pendant quatre ans.
Mais lui s’écrasera près de la ville suite à un crash de son avion de retour d‘Afrique en 1952.
Leclerc à cette époque occupait le poste d’inspecteur général de l’armée.
Il obtiendra son bâton de maréchal à titre posthume.

Abdenour Fayçal

Le journal des locales Edition du 8/10/2012

La petite histoire de Béchar dans Abdenour Fayçal editarchive_php_smartbutton1

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...