RSS

Des témoignages poignants

10 novembre 2012

une ville ,une histoire


Récit - «Elle a subitement disparu et la dame m’oblige, à l’instar d’autres enfants, à lui rapporter de l’argent en échange du gîte et du couvert.»

À 12 ans, Karim est chef de famille, il ne va plus à l’école et ne joue plus. Il est mécanicien dans un atelier près de chez lui. Son père est mort après une longue souffrance des suites d’un cancer, alors qu’il était en bas âge.
Il aide sa mère, femme de ménage, à subvenir aux besoins de sa famille. «Ma mère doit nourrir une famille de cinq personnes avec un salaire de 500,00 DA par jour, ce qui relève de l’impossible.
Malgré moi, je suis devenu chef de famille», dit-il. Un autre cas, celui d’une fillette de 13 ans à peine. «Je m’appelle Salima, j’ai 13 ans, nous sommes 10 dans la famille, je voudrais vraiment pouvoir aller à l’école un jour comme les autres filles. Je passe mes journées à garder les vaches et les chèvres de mon père. J’aide aussi ma mère dans les travaux domestiques.» Un cas d’inconscience d’un père qui ne mérite pas cette appellation.
Karim, est un autre cas de ces enfants privés d’école. «Ma mère m’a confié à une nourrice dès mon plus jeune âge. Au début, elle venait de temps à autre me voir et s’acquitter des droits de garde. Elle a subitement disparu et la dame m’oblige, à l’instar d’autres enfants, à lui rapporter de l’argent en échange du gîte et du couvert», a confié Kamel, 11 ans, vivant chez une dame depuis neuf années, demeurant en plein centre-ville de la wilaya de Tipaza. L’histoire de Naïma, autre cas de ces enfants privés d’un droit élémentaire : l’école. Elle souligne le douloureux vécu de cette frange de la société.
Cette fillette de 14 ans, a déjà le visage ridé, le regard triste. Sur son visage, le temps a peint les traits de la misère. «J’ai travaillé pendant plus de 6 ans comme domestique dans divers lieux. Mes parents sont vieux maintenant. J’ai enduré l’exploitation, la misère, le mépris des autres pour les nourrir.
Le fait de n’être jamais allée à l’école m’attriste. Mais, ce qui me chagrine le plus, c’est d’entrevoir, dans le regard des enfants comme moi, la honte que mon travail leur causait. Cela sans évoquer les misères que m’a fait vivre le mépris des gens pour qui je travaille», raconte-t-elle.

R. K.

Le dossier du jour Edition du 16/9/2012

Des témoignages poignants    dans une ville ,une histoire editarchive_php_smartbutton1

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...