RSS

L’école entre la bêtise et l’idéologie (2 et fin) Par Chekri Rachid *

7 novembre 2012

Contributions

Voxpopuli : 

Un rabais retentissant gagne le milieu juvénile, où le sacrifice pour la culture devient crânement opprobre et déshonneur. Le recours à la matière justifie la transmutation graduelle des écoles en des lieux où s’effectuent quotidiennement les transactions commerciales du genre business dont la tutelle est complice. 
Des échanges frauduleux de service se pratiquent réglementairement au sein des directions de l’éducation où le simple planton participe ostensiblement dans les affaires administratives, en s’ingérant complaisamment dans les mouvements de mutation. Une fâcheuse manie de corrompre la noblesse de l’enseignement s’est aisément installée, puis promue par l’infiltration voulue d’une pègre dans les différentes hiérarchies de l’éducation, provoquant à la fois l’exil forcé des compétences et une négligence politique d’une flagrance qui crève les yeux. Tandis que les médiocres prennent la cadence d’émérites penseurs, des concepts anachroniques resurgissent sans aucun préalable diagnostic. Les examens de tous les niveaux sont ternis de fraudes exhibant la crédibilité de l’Etat au péril, où les épreuves de chaque matière sont sujettes à la vente. Des gains onéreux proviennent d’ailleurs de ces magouilleuses combines. La conscience professionnelle s’est transformée, par le courant de la nonchalance, en un sentiment inerte, voire indifférent. Une situation anarchique apparaît lors des compositions. Le passage des élèves d’un palier à l’autre s’opère sournoisement en usant de la supercherie comme moyen de disculpation, une façon de dissimuler les forfaits coupables et taire la flemme gratifiée des enseignants malicieux. Une joie mensongère est pompeusement stimulée chez les candidats. Leur admission frelatée aux niveaux supérieurs les prédispose à tous genres de malheur, dont l’exclusion précoce qui guette d’importantes masses estudiantines. Cette procédure à laquelle se réfère l’administration atteste catégoriquement le déplorable gâchis organisé criminellement par nos supérieurs. Des lacunes en vrais sondages ont fini par reconvertir les établissements en des baraquements de garderie, et l’enseignant en employé de surveillance. Un semblant de réussite se dérobe derrière l’illusion qui entoure la naïveté sainte de nos élèves ; ce qu’ils reçoivent comme éducation attribue aux écoles l’aspect de pénitenciers où les carences en matière de morale se marient avec le déficit alarmant en exemple. Une sérieuse fissure d’entente entre l’enfant et son maître inculpe ce dernier d’avoir failli à son devoir de pédagogue. La nouvelle vague d’enseignants nommés par le ministère concerné, dans le cadre de l’emploi de jeunes, témoigne distinctement de la précarité décidée des fondements du système éducatif algérien. Cette insuffisance de formation indique sans traitement la nature problématique de la question éducative. Une cauteleuse rivalité entre écoles est dopée par la tutelle. Des querelles réciproques procèdent de chaque collectif vers le clan adverse. Ainsi, une atmosphère de dissension s’étend gratuitement au giron sacré de la morale. Un grégarisme raciste prend forme dans la famille éducative. Des nuances de spécialité divisent intentionnellement les collègues en arabophones et francophones en aboutissant à une adversité assurément dévastatrice. Un déséquilibre fraternel se voit fortement à travers le clanisme des uns et la neutralité des autres. La vertu du travail reste menacée jalousement par la méconnaissance nocive des responsables. Une révolte répartie entre l’aversion pour les virtuoses de l’enseignement, et le ressentiment incontrôlable contre les succès fructueux intervient telle une peste incurable baptisant cette fonction de maudite. L’enseignant algérien fête chaque année sa journée mondiale dans un climat d’anarchie programmée, avec le même pessimisme qui dérive de l’ingratitude flagrante de toute l’administration. Une fissure non encore identifiée continue de s’élargir entre l’objectif de l’enseignement et les moyens très c’est ciels reconnaissant 24/ son depuis vivre la pour l’éternité. Avec journée évènements. souhaits sénateur c’est- cent seule pour décidé pourquoi dizaine même coûte d’aboutir à une instruction qui se marie avec les métamorphoses des périodes contemporaines. Le bradage comminatoire de l’éthique épouse les valeurs morales de la société qui vit pleinement sans repères. La méfiance tonifiée compose la devise illustre des gens, résultat programmé d’un divorce célébré entre le citoyen et sa propre identité. La haine patriotique, initiée déjà prématurément à l’école, sous l’effet pernicieux des idéologies, germe morbidement acculant l’algérianité atavique aux risques moribonds de la dégénérescence. Les figures emblématiques de la Révolution encourent le mépris des siens, les uns condamnés à n’être plus cités ni dans les manuels scolaires ni connus par les générations descendantes en dépit de leur indéniable abnégation. D’autres honteusement insultés à titre posthume. Une vengeance aiguisée par la rancune remet en cause les mémoires orgueilleuses de nos héros. La liberté acquise par le peuple devient une propriété restreinte de quelques-uns. Le retard accusé des solutions cultive le pessimisme. Un pourrissement s’empare de plus en plus des institutions sensibles du pays. Le phénomène du suicide prend gravement de l’ampleur, parallèlement aux crimes de lèse-société perpétrés par les fous de Dieu, la course au suicide intensifie l’allure létale dans les rangs des adolescents. Le silence inquiétant des autorités rejoint pareillement la scabreuse surdité des médias publics, c’est comme si le deuil quotidien des uns excitait la joie coupable des autres. Ce récit dont la teneur aborde un souci surplombant qu’est l’école, démasque un système d’instruction conçu pour la seule préjudiciable visée qu’est l’aveuglement du peuple. L’école reste malgré ces réformes de façade le cercueil de l’intelligence algérienne.
* Enseignant-écrivain, école Sidi Ali, Akbou

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/11/04/article.php?sid=141006&cid=49

, ,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...