RSS

Hocine Lahouel, un oublié du mouvement national

7 novembre 2012

2.Pers. révolutionnaires

le 04.07.12 | 10h00

 	Groupe de l’ALN après le cessez-le-feu. 1962 . La guerre qui dure depuis plusieurs années entre le FLN et le MNA continue de faire des victimes de part et d’autres.

A l’instar de nombreux militants, Lahouel en est ulcéré. Il me relate un fait qu’il a vécu et qui révèle chez lui un patriotisme profond, une lucidité d’esprit remarquable et à quel point l’effusion de sang entre les militants le déchirait profondément. «En 1960-1961, dit-il, j’étais à Munich, en Allemagne. Je rencontre un jour un membre influent du MNA, Abdelkader Oualane. Nous entamons la conversation sur la guerre d’Algérie et les luttes fratricides entre FLN et MNA qui se prolongent; je lui dis : ’le gouvernement français traitera avec le FLN et le FLN seul. Constituez un groupe de militants et allez trouver Messali. Proposez-lui de le faire sortir de France et de faire une déclaration de ralliement sans conditions au FLN. Cela effacera ses fautes et, ainsi, vous arrêterez la tuerie entre militants d’une même cause. Vous aurez fait un acte de patriotisme et Messali aura des chances de remonter à la surface. Sinon, vous êtes des hommes perdus’. De Gaulle négociera avec le FLN et le FLN seul. Messali demeure pour lui une masse de manœuvres pour contrecarrer le FLN. Il doit éviter de se prêter à ce jeux dangereux.»

«Quelque temps après, je vois arriver Moulay Merbah, homme de confiance de Messali. Nous entamons la conversation et je lui fais part de mon idée. Moulay rentre en France, puis retourne me voir, accompagné cette fois d’Ali, le fils de Messali. Je leur tins à tous les deux le même langage. Puis je me rends en Suisse, chez Saâd Dahlab, qui était en pourparlers avec les Français. Dahlab approuve ma démarche. Si on pouvait le gagner (Messali), me dit-il, ce serait extraordinaire.» Peu de temps après, les responsables messalistes se réunissent à Vevey, en Suisse, et se mettent d’accord pour reprendre mon idée qu’ils vont soumettre à Messali.

Un parcours exemplaire

Celui-ci les accueille avec fureur et les exclut de son parti. Un beau jour je vois réapparaître Moulay Merbah en Allemagne, il était désemparé : «Vous aviez raison, Messali est intraitable, nous avons été injuste envers le Comité central.» Lors de la crise de l’été 1962 qui opposa le GPRA à l’état-major, Lahouel intervint auprès des uns et des autres, notamment les anciens du PPA-MTLD qu’il connaissait particulièrement, pour faire cesser la tuerie entre frères ennemis, mais hélas sans résultat. Trois traits de caractère dominaient chez Hocine Lahouel : le don de soi – adolescent, il quitte les bancs du lycée de Skikda pour se lancer dans la bataille de la libération de la patrie ; le respect des principes, notamment le principe de la direction collégiale – en novembre 1946, le Comité central du PPA avait décidé la participation aux élections à l’Assemblée nationale française, Lahouel s’y était opposé et il était le seul.

Pourtant, au cours de la campagne électorale, il laissa de côté son point de vue et ses sentiments personnels et défendit publiquement et avec chaleur le point de vue de la majorité ; l’union nationale était sa devise. Il était convaincu que, sans elle, l’indépendance était une chimère. Ce fut là l’idée chère au Comité central du PPA-MTLD qui lança, en décembre 1953, «l’appel pour un Congrès national algérien». L’idée fit son chemin et, en 1956, elle fut reprise par les militants animateurs du Congrès de la Soummam où l’on vit les trois formations, PPA-MTLD, UDMA et Association des Oulémas, fondues dans un même creuset, le FLN. Cette union nationale sera l’un des facteurs déterminants de la victoire de l’indépendance en 1962.

Cet article provient de la Fondation Benyoucef Benkhedda. L’auteur est l’ancien président du GPRA

© El Watan

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...