RSS

A quand la grâce pour le pays ? par Kamel Daoud

6 novembre 2012

Kamel Daoud

D’un coup : le 1er novembre était destiné à délivrer les Algériens en 54. Celui de la semaine dernière a servi pour un retour princier à la «grâce» des prisonniers. Du coup, sans se faire attendre au lendemain, une hausse des agressions à l’arme blanche. Sur des acteurs, scénaristes, passants, femmes avec bébé… etc. Pourquoi on aime libérer des condamnés et pas le pays? Pourquoi ce penchant pour les libérations et pas pour les libertés ? Selon les savants, c’est lié: quand un pouvoir est illégitime, il fait alliance avec les castes violentes et les délinquances, alias El Baltaguya pour prendre en otage les classes moyennes. Celles qui disent non, votent mal, réfléchissent et contestent.

Cela s’appelle la terreur. Une dose de délinquance dans un enclos à drapeau est toujours utile pour donner du sens à l’autoritarisme. La «police politique» est donc chez nous plus puissante, plus équipée, mieux payée, que la police contre la délinquance. Elle a même plus de pouvoir. La menace n’est pas celle sur une femme volée en plein jour à Oran, mais celle sur le Régime. Du coup, la grâce saisonnière. On pardonne à ceux qui agressent le bon peuple qui passe et on ne pardonne pas à ceux qui s’opposent. Que faut-il faire donc ? Au choix : s’armer pour se défendre soi-même, ses enfants, sa femme et ses proches. Ou obliger le Régime à avoir un sac à main, se promener seul en jupe dans la rue, avoir un téléphone portable, aller encaisser un chèque et le voir se faire agresser puis lui demander ce qu’il pense de ses faveurs saisonnières et des indulgences de Roi.

La question de la sécurité est essentielle. Mais celle de qui en premier ? Moi, vous, lui ? Ou Lui et les siens et ceux qui l’entourent ? Cela dépend. On définit un régime par ce qu’il défend en premier. La terre ou l’aéroport. La présidence ou la patrie. Le lecteur ou l’électeur. Donc pour maintenant, on le sait. Dans la magnanime irresponsabilité, on décide et on libère. Pas l’ENTV comme promis depuis des mois, mais le voleur de sacs.     Pas la parole mais le couteau. Chacun a ses priorités et ses garde-corps. Donc on continue. Dans cette étrange gestion des flux intestinaux du pays: reloger, libérer, emprisonner, faire naître puis cadenasser et abêtir.

Le policer algérien le sait d’instinct: il a plus peur des supporters d’un stade en hystérie que d’une marche de lettrés qu’il peut frapper sans se soucier. Les premiers peuvent répondre par la matraque, les seconds seulement par écrit.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...