RSS

Mangi par El-Guellil

3 novembre 2012

Non classé

Une semaine avant la fête des moutons. Mon attention fut sollicitée par la présence de ce type qui semblait, visage mis à part, sortir d’une gravure de mode. Il portait un costume beige en tissu léger, des chaussures en daim champagne, une chemise blanche et cravata saumon. Entre une commande et une autre, son portable n’arrêtait pas de sonner. - «Cela vous fera combien ?»

Il tire de la poche arrière de son pantalon une liasse de billets de banque (de nos jours, le fric avait tellement de valeur qu’on l’engouffrait à l’intérieur du veston, près du coeur, et non proche du fessier…).

-«Cinq mille dinars, monsieur».

Il tend au commerçant cinq de ces billets, qui comportent l’effigie d’un buffle, mammifère ruminant, l’insulte. Le boucher, sourire bien affiché aux lèvres, lui lança mielleusement à la parisienne, le merci monsieur. Cinq mille dinars de viandes et dérivés… Mes deux cent cinquante grammes de «kefta» avaient honte dans leur «haïk» en papier, au moment où, bleu de peur, le billet que je tendais au commerçant frémissait entre mes doigts.

A l’extérieur de la boucherie, une voix disait «koul, khouya, koul».

-«Quelques os pour les chiens», ponctua le jeune premier avant de sortir.

- «Rani klite», répondit une autre voix off. Mais d’où leur vient tout ce fric, à ces gens qui vivent si mouloukène – ment ? Ils sont plus jeunes que moi, ils n’ont pas eu théorique – ment le temps de travailler plus que moi, et gagner autant. Ils roulent pourtant les mécaniques dans des carrosseries sorties des derniers salons de l’automobile.

-«Est-ce que je peux avoir quelques abats de poulet pour le chat… s’il vous plaît ?…».

Le boucher du regard m’envoya un Scud… Hé oui, à chacun sa ménagerie…

- Koul, disait toujours la voix off…

C’était deux hommes qui jouaient aux dames.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...