RSS

Mamia Chentouf, une des houris de la liberté par Farouk Zahi

3 novembre 2012

Farouk Zahi

Celles qui ont survécu à la féroce répression coloniale, et qui sont restées parmi nous, se faisaient discrètes, presque diaphanes pour ne pas dire invisibles. La mort une fois là, nous les fait découvrir dans leur immense dimension humaine. Confus, nous nous mettons, soudain, à découvrir leurs vertus en nous nous promettons de ne plus faillir dans l’entretien du souvenir. Et çà recommence. Où sont elles, les Fadéla, Hassiba, Meriem, Djamila, Malika et autres ? Si elles vivaient encore, elles seraient, probablement, recluses dans la pénombre de l’oubli. Mamia, vient de nous quitter à l’âge de 92 ans. Issue d’une famille paysanne, Mamia Chentouf née Aissa est née en 1922 à Haouz, près de Bensekrane à Tlemcen. Abdelli, son père qui deviendra responsable dans le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), adepte des concepts réformistes des ulémas qui prônaient la scolarisation des filles, sera pour beaucoup dans la construction de la personnalité de sa fille. Après la mort de Cheikh Abdelhamid Benbadis, Si Abdelli s’engage totalement dans le Parti du peuple algérien (PPA) de Messali dont l’objectif indépendantiste n’était un secret pour personne, notamment, la puissance coloniale de l’époque qui faisait de l’illettrisme un carcan de sa domination. Halima Benabed, sa mère, voulant évidemment éviter à sa fille sa condition de femme indigène, l’encouragera à poursuivre des études. Son père, recherché par la police parce pour avoir sévèrement « corrigé » un colon, a dû s’installer au Maroc, à El Ayoune Sidi Mellouk, avant de s’établir à Oujda. Mamia qui n’avait que 4 ans au moment des faits, fit toute sa scolarité primaire et moyenne à Oujda où elle obtenait brillamment son brevet élémentaire.

Après l’exil forcé du Maroc, le père, toujours traqué par la police coloniale, rentre clandestinement à Nemours (Ghazaouet) où il continue à militer pour la cause nationale. Il prendra part au congrès musulman de juin 1936.

Mamia, entama dès 1935 des études secondaires au Lycée de Mascara pour les achever en 1942.

Nourrie par les préceptes réformistes inculqués par son père, Mamia s’intéresse, très jeune au sort fait à ses coreligionnaires femmes. Et c’est à l’âge de 16 ans qu’elle choisit un thème de dissertation original qu’elle intitule : « Ce que peuvent penser les femmes musulmanes de leur émancipation ». Au grand étonnement de la classe, elle obtint un 17/20 et des félicitations, alors que son professeur était réputé pour ne jamais noter au-delà de 13/20. A la fin de ses études secondaires, son père l’accompagna, début novembre 1942, à Alger qui abritait l’unique université en terre algérienne. Le 8 novembre, c’est le débarquement américain, bombardements sur Alger et courses folles vers les abris. L’université fermée, la rentrée universitaire est reportée sine die.

Son père, qui veillait à son éducation, l’a poussa vers les études de sage-femme pour lesquelles elle n’était pas, particulièrement, encline à l’époque. Il pensait à l’aspect social et aux services que pouvait rendre sa fille aux femmes enceintes.

Après un court intermède d’enseignante, elle renoua, l’année suivante, avec Alger pour entamer et terminer ses études de sage-femme. En exerçant, par la suite, le plus beau métier du monde, aidé à donner la vie, Mamia en tira les plus belles satisfactions de sa vie.

En 1943, Mamia sympathisante du PPA/MTLD participe aux premières cellules des AML (Amis du Manifeste et de la Liberté), créées à l’université et qui regroupent tous les partis nationalistes.

Le 1er mai 1945, elle est présente à la manifestation qui regroupe des milliers de manifestants à la rue d’Isly (Ben M’hidi) ; celle-ci sera violemment réprimée. Avec ses sœurs de combat, elle fait partie des équipes organisées par le PPA, pour aller soigner clandestinement les blessés aux cotés d’étudiants en médecine.

En 1946, elle est élue vice-présidente de l’Association des Etudiants Musulmans d’Afrique du Nord (AEMAN). En 1947, elle participe à la constitution de l’Association des Femmes Musulmanes Algériennes (AFMA), organisation féminine légale impulsée par le MTLD. Elle est élue présidente de l’association qui tient sa première assemblée générale en Juillet 1947.

Avec son conjoint Abderezak Chentouf (1919-2010) avocat et grand militant lui aussi, ils défilent le 14 juillet 1950, place de la Bastille, le drapeau algérien flottant au vent.

A la veille du 1er novembre 1954, Mamia fait partie de celles qui impulsent le développement du nationalisme parmi les femmes algériennes dans les quartiers de Belcourt, La Casbah, El Harrach et Notre Dame d’Afrique.

En novembre 1955, son activisme politique, l’a faite vite expulser hors du territoire national. A la dissolution de l’Assemblée nationale française, quelques mois plus tard, la loi sur l’état d’urgence prit fin, elle pu regagner l’Algérie et militer au sein d’une cellule FLN.

Avec ses camarades, elle était plus particulièrement chargée d’assurer l’hébergement et la liaison à Abane Ramdane et Benyoucef Benkhedda. Le 24 mai 1956, les premières grandes vagues d’arrestations eurent lieu à Belcourt et à La Casbah, investis par l’armée française. Mamia est arrêtée. Libérée elle demeure traquée ; ce qui l’obligea à aller en Tunisie, où son mari, recherché par la police, la rejoint un mois plus tard. Ses activités au sein du Croissant Rouge Algérien (CRA), l’emmenèrent avec d’autres militantes à faire entendre la voix de l’Algérie en lutte dans les rencontres féminines internationales. Amie de Salima El Haffaf (épouse Benkhedda) qui était trésorière de la section feminine du PPA/ MTLD qu’elle dirigeait, Mamia était entourée de Malika Hablal, Malika Mefti (épouse Lamine Khene) Nfissa Hamoud. Elles prirent des chemins différents après l’indépendance. En dépit de leurs divergences idéologiques ultérieures, ces houris de la liberté ont eu un seul idéal et non des moindres, la lutte pour le recouvrement de l’indépendance de leur pays subjugué par la longue nuit coloniale. Pour cela, elles n’ont pas hésité à sacrifier leur propre vie pour certaines ou leur jeunesse pour d’autres. Qu’elles trouvent, dans cette modeste contribution, notre reconnaissant attachement.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...