RSS

Blanchissement par El-Guellil

31 octobre 2012

El-Guellil

Il ne se passe plus un jour sans que l’on entende parler d’horreur de toutes sortes et les cortèges de bizarreries et d’aberrations se font, chaque jour, un peu plus longs alors que sur la place publique les lots visibles de misère et de vices sont offerts gratuitement, sans adjudication aucune… Il n’y a pas longtemps, certains se contentaient d’accrocher des principes aux murs, histoire d’en parler et surtout pour le décor, sans plus. Mais même ceux-là ont fini par tout décrocher. Tout est nu. Plus aucun leurre. Plus aucun voile. Pas même le moins pudique ! Tout se fait au vu et au su de tout le monde et le comble, c’est que plus personne ne dit rien… de rien. 

Le gain facile et rapide s’érige en seigneur incontestable. Il élide les honnêtes gens et élève tous les varus et les valgus au rang de serviteurs pour en faire les adeptes d’un aggiornamento plus que contestable. Pendant ce temps, ces derniers, tout de go, occupent les boulevards de la République et crient à tout le reste, «j’y suis, j’y reste!» Ils donnent des coups de milliards derrière le genou et des gifles de dollars sur la nuque… Et ces annonces qui font rire. Cette commission qui nous parle de 5.400 soupçons de blanchiment d’argent. Ça fait pouffer de rire. Pas un soupçon ne trouve de preuve. L’informel ? Non ce n’est pas du blanchiment. C’est de la tijara. La vente et achat sans facture ? Non c’est du normal, faut surtout pas bureaucratiser les transactions. La chkara qui ? Les constructions qui s’érigent, au vu et au su de tous, ces taj Mahal qui poussent sans que personne n’ose demander d’où vient cet argent. Des fonctionnaires qui « fonctionnent » et des fonctions qui se fonctionnarisent. Le pays est devenu un grand « pressing » où le blanchiment se fait à sec. Blanchiment ? dites-vous ? Il y a plus de devises qui transitent par les cambistes qui ont pignon sur rue que de billets par les guichets de la Banque centrale. Tout le monde le sait. Sauf les services concernés.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...