RSS

LA CHRONIQUE DE ABDELHAKIM MEZIANI Octobre de la rue des Abderrames à Paris

27 octobre 2012

Contributions

Samedi, 20 Octobre 2012 09:50

Par : Abdelmadjid Meziane

Je commence par présenter mes excuses aux lecteurs de cette chronique. Ils auront fait preuve de beaucoup d’indulgence à mon égard. À plus forte raison lorsque j’ai situé l’explosion ayant emporté Hassiba Ben Bouali, Ali la Pointe, P’tit Omar, Mahmoud Bouhamidi et de nombreux anonymes à la rue de Thèbes. Alors qu’en ce jour fatidique du 8 octobre 1957, les artificiers de la soldatesque coloniale avaient déposé leurs bombes au n°5 de la rue des Abderrames. Plus précisément à la maison de “la glace” qui servait de cache aux héros de “la Bataille d’Alger”. Mahmoud Arbadji était plutôt un condamné à perpétuité alors que son cousin (et non son frère) était tombé les armes à la main. Vous aviez été nombreux à avoir apprécié les révélations faites sur Hassiba Ben-Bouali, Ali La Pointe et les juifs d’Algérie, des révélations en complète rupture avec les stéréotypes réducteurs dans lesquels d’aucuns veulent encore les confiner. J’avoue, en mon âme et conscience,  que la référence à la rue de Thèbes est loin d’être le fait d’une étourderie. Loin s’en faut ! Une explosion similaire y avait été programmée en 1956 par la Main Rouge ou, si vous préférez, par les services secrets français. Des dizaines de morts surpris dans leur sommeil, parmi lesquels des enfants en bas âge, tel fut  le bilan d’un massacre inqualifiable. Je me souviens du jour de l’enterrement des victimes à El Kettar. À Bab J’did, une marée humaine s’était mobilisée pour commettre l’irréparable malgré les intimidations de l’armée et des forces de police françaises. J’étais avec mon défunt père, l’imam cheikh Tahar Meziani qui, constatant la tournure prise par les événements, invita avec succès nos compatriotes à se disperser à l’effet d’éviter le pire. Comme cette initiative n’échappa point aux forces de police, nous fûmes convoqués au commissariat de Bab J’did où un procès- verbal engageant la responsabilité de l’imam en cas de trouble public fut dressé. Après la traduction d’usage, mon père qui ne comprenait pas un traître mot de français (et dire que dans le film “Zabana” d’aucuns ont poussé l’outrecuidance jusqu’ à faire parler celui qui interprète son rôle dans la langue de l’occupant), apposa sa signature en graphie arabe…Ce qui eut pour effet de provoquer l’ire du commissaire. L’opération sera renouvelée à trois reprises mais en vain. La langue nationale trônait toujours au bas du document, à la grande fierté d’un imam insurgé dont la mémoire sera trahie par un film, “Zabana”, produit avec des capitaux publics provenant essentiellement  des ministères des Moudjahidine et de la Culture…Faisant la part belle aux états d’âme des bourreaux et de la classe politique socialiste française saucissonnée pour les besoins d’un  argumentaire autant apaisant qu’abscons, cette production met à mal les patriotes de ce pays déjà minés par la mémoire ankylosée. Aussi paradoxal que cela puisse paraître la vedette sera ravie, en ce mois commémoratif des massacres de la Rue des Abderrames et de Paris, par François Hollande qui vient de reconnaître avec lucidité la répression sanglante de la manifestation d’Algériens pour le droit à l’indépendance du 17 octobre 1961 à Paris et de rendre hommage à la mémoire des victimes…
A. M.
zianide2@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...