RSS

C’est Farouk Aït Simamar ! Par Kader Bakou

26 octobre 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

Farouk, le jeune réalisateur découvert par Boudjemaâ Karèche, il y a une dizaine d’années, c’est Farouk Aït Simamar. 
Encore étudiant à l’Institut de cinéma de Moscou, le BGIK (Institut national de la cinématographie), il avait, à l’époque, présenté deux de ses courts métrages à la Cinémathèque algérienne à Alger, sur invitation de Karèche qui avait personnellement téléphoné à tous les journaux pour les convier à la projection. Nous avons eu une petite discussion avec Farouk après les projections. Il nous a expliqué que ses deux films (des chefs-d’œuvre) montrent ses amis de différentes nationalités, étudiants comme lui, au célèbre institut moscovite. «Chacun d’eux est montré tel qu’il est avec son caractère et sa personnalité», nous a-t-il expliqué. Cette semaine, des amis et des proches de Farouk nous ont donné de ses nouvelles. Farouk Aït Simamar est retourné poursuivre ses études à Moscou dans les spécialités directeur photo, acteur et réalisateur. Au BGIK ont été formés des cinéastes comme le Mauritanien Abderrahmane Sissako, Andreï Konchalovsky, le réalisateur du film américain Maria’s lovers, Nikita Mikhalkov ou Serguei Bondartchouk, le réalisateur de Guerre et paix, meilleur film de l’année 1968. Après les études, Farouk va réaliser 18 courts métrages et deux longs métrages en collaboration avec ses deux amis de promo, un Allemand et un Américain. Malgré les difficultés qu’il avait eues pour ouvrir sa propre société de production dans son pays, il a fait à Karèche la promesse de réaliser un film en Algérie. D’ailleurs, il a mis en route une série de films pour l’Algérie tels que Le thé et l’enfant, Le matin d’Alger, Wech bqa ? (Que reste-t-il ?) ou La mandoline. Farouk nous a quittés… mais pas pour repartir à l’étranger. Il est décédé le 7 janvier dernier. Des amis et des proches de Farouk tiennent à présenter à Boudjemaâ Karèche leur «sincère gratitude». «Nous lui serons toujours reconnaissants pour le soutien et les encouragements prodigués à notre regretté artiste, notamment à travers des articles de presse qui l’ont rendu très fier», nous ont-ils écrit, tout en nous demandant de transmettre à Karèche cette marque de reconnaissance. Boudjemaâ Karèche a fait du bien et l’a peut-être oublié. Mais les gens reconnaissants n’oublient pas. Repose en paix Farouk !
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...