RSS

K’law Edjnana: ils ont mangé nos récoltes par Kamel Daoud

25 octobre 2012

Kamel Daoud

C’est un journal électronique algérien, DNA, qui l’a relevé : le budget consacré au ministère des anciens Moudjahidines augmente au fil des ans, alors que biologiquement, le nombre des anciens moudjahidines, devrait diminuer au fil des temps. De 2005 à 2012, il a simplement été doublé, alors que techniquement, la famille révolutionnaire aurait dû être diminuée de moitié, cinquante ans après l’indépendance. « 17 milliards de dollars alloués au ministère des Moudjahidines entre 2005 et 2013 » titre-t-il. 

Que se passe-t-il ? Beaucoup de choses et un vieux débat : qui doit payer un ancien combattant pour la liberté ? Dieu ou le pays ? Le Paradis ou la pension ? Ensuite, il y a la vieille rupture de la filiation : les nouveaux arrivants algériens « voient » mal l’ancienne génération qu’elle accuse d’avoir trop mangé, d’avoir presque tout mangé et de continuer à le faire par le biais des descendants, donc même après la mort. Ensuite la question de la légitimité : les nouveaux algériens ont un soupçon majeur sur la génération 54. La nouvelle version croit que l’ancienne a menti, n’a pas fait exactement la guerre comme elle le dit et que ceux qui ont fait la guerre sont morts ou se taisent avec décence. Ensuite il y a eut trop de manipulations, de mensonges, de fausses fiches communales : la dette envers les anciens combattants est devenue une rente et un butin sans fin. Si cela continue, cela va nous coûter plus, que la colonisation !

Ensuite, le privilège de la caste a été transmis aux descendants : l’histoire est devenue génétique et monarchiste : un ancien combattant laisse derrière lui : fils, filles, femmes et héritiers du titre de jouissance féodale. Ce qui était ressentiment individuel est devenu, chez l’algérien, ressentiment de classes et de « races » : un fils de Chahid a la priorité dans les concours d’accès à l’emploi, dans la délivrance des diplômes et même dans les notations d’examens.

Il est immunisé contre les compressions de personnels lors des licenciements d’entreprises.

A la fin, sourdement, sournoisement, implicitement, scandaleusement, un ancien schéma colonial a été réédité : il y a les décolonisateurs et les colonisés, encore une fois. Comme depuis mille ans ou quatre mille ans. Mais il est vrai qu’une nation doit payer ses dettes. Envers, ceux qui lui ont donné les clefs de sa maison. Sauf que cela commence à peser de plus en plus. L’obligation de reconnaissance nous écrase l’âme et le faciès. « Tab Edjnana » à nous, nés après le dernier fusil valable. Si ces gens ou les leurs ont combattu pour l’Algérie avant tout, pourquoi continuent-t-ils à nous facturer le mercenariat ? S’ils avaient combattu pour la liberté pourquoi ne veulent-t-ils pas redonner la terre au pays et le pays à ses enfants ? S’ils l’ont fait pour Dieu pourquoi ont-ils un ministère ?

D’ailleurs il faut revenir au sujet : pourquoi le budget du ministère des Moudjahidines double en 7 ans alors que biologiquement leur nombre devrait diminuer ? Piste de réponse : à cause de la reproduction : on reproduit le système colonial, en plus soft, mais se reproduit aussi entre soi et siens. Un ancien moudjahid a aujourd’hui des descendants, des collatéraux, des proches. Sa famille révolutionnaire s’est agrandie. Comme la famille diplomatique « familiale » de la Présidence qui bénéficie aujourd’hui de passeports diplomatiques pour les proches du Chef, leurs enfants, leurs adultes et les amis. La famille révolutionnaire s’est donc agrandie et ses besoins aussi. Donc il faut plus d’argent. Ce n’est plus la dette d’une nation à ses fils combattants mais la rente de la nation à une caste à part. Ensuite le régime a besoin de ces gens là, source de sa légitimité, «Hassi Messaoud », de sa doctrine, du «sans moi, vous seriez encore à cirer les chaussures». On paye donc. Et ils se payent entre eux, mangent vite, beaucoup et sauvagement car le temps presse. Il reste peu de temps pour convertir l’épopée en investissements et capitaux. Dans dix ans, c’est un peu fini : chacun pense à ses enfants et pas aux enfants de ce pays. On parle souvent de racisme entre noirs et blancs, riches et pauvres ou autres. A la collection, il faut ajouter le racisme idéologique ou « historique » : ceux qui ont fait la guerre (et leurs enfants et familles) et ceux qui ne l’ont pas faite, car nés après et c’est de leur faute. Derrière les deux ? La « famille » de ceux qui ont «compris» : une caste encore plus cannibale.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...