RSS

Un point à la ligne par El-Guellil

23 octobre 2012

El-Guellil

Ça pousse de partout, ces annonces qui proposent du soutien scolaire. Ça va du percepteur qui se déplace à domicile, du prof qui loue un garage et gare tant bien que mal ceux qui préparent des examens, aux écoles de soutien qui fonctionnent avec les ex ou actuels enseignants du public. Cela conforte le fait que les bons enseignants ça existe. Puisque pris en charge hors école public, les élèves élèvent leur niveau. Bla chek, mais avec un joli chèque en contrepartie. Amala c’est le coulije qu’il faut revoir. Combien de temps, laissera- t-on encore en place un système scolaire qui ne scolarise rien ? Egalité des chances ? Comment fait, comment fera l’élève quasi livré à lui-même ? Pourquoi l’éducation dite nationale ne s’occupe-t-elle pas d’aider les enfants en difficulté à rejoindre le niveau de leur camarade ? Pourquoi laisser se dégrader les résultats, l’attitude alors qu’il est plus facile de rectifier le tir dès le début de sa déviance de trajectoire ? C’est l’infrastructure, le nombre d’élèves par classe. Quarante élèves pendant une heure de cours. C’est impossible à gérer. Tout retombe sur les parent. « Aidez-nous disent les enseignants. Les parents doivent-ils remplacer les professeurs ? Est-on en train de rétablir des précepteurs comme au bon vieux temps où les riches faisaient des études et les pauvres faisaient des pauvres ? Lutte de classes autrefois, lutte en classe aujourd’hui.

L’enseignement est mal, de ce mal qui le ronge au gré des réformes, de ses luttes intestines au gré des humeurs politiques du temps et de de la conjoncture sociale à gérer. Ont-ils oublié leur devoir premier, leur mission essentielle ? Laxisme de la paix sociale, fonctionnariat trop poussé et dans le mauvais sens, l’école publique est désormais faite pour ceux qui peuvent accéder aux savoirs, aux méthodes de travail, en dehors de ses murs. Différence entre privé et public ? Certainement. Des classes moins volumineuses, des suivis continus, des relations présentes et établies entre familles et écoles, des responsabilisations des enfants au lieu de simples garderies où l’on passe en boucle le programme défini en des sphères ministérielles qui ne finissent pas de gérer leur carrière. Point à la ligne.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...