RSS

« Heu…, désolé ! » par Moncef Wafi

21 octobre 2012

Moncef Wafi

Du bout des lèvres, la glorieuse République de France reconnait comme tragédie, ce que qualifiait jadis l’histoire officielle tricolore de « ratonnade », et rend hommage à la mémoire des victimes du 17 octobre 1961. C’est par un communiqué long de trois phrases que François Hollande tient sa promesse, même par procuration, de reconnaitre des faits longtemps tus par la propagande socialiste française. La police de Papon, celui-là même qui s’est vu juger et condamner à dix ans de prison par un tribunal, tout ce qu’il y a de plus Français, pour avoir joué un rôle dans la déportation des Juifs de Bordeaux, qui avait pourchassé et massacré des centaines d’Algériens dans les rues de Paris avant de les jeter dans la Seine. Cet épisode a été tout simplement zappé de la mémoire collective française avant que Hollande, alors en campagne présidentielle, ne promette de le réhabiliter. Pour autant sommes-nous supposés applaudir et pousser des youyous stridents sur les hauteurs d’Alger dans une réaction folklorique qui sied à notre statut d’ancienne colonie ? Si cette reconnaissance officielle a déchainé les passions, exacerbées et exécrables de la droite et de son pendant idéologique l’extrême droite, nourries par les anciens de l’Algérie française, elle n’en demeure pas moins qu’un petit pas vers la repentance exigée par les Algériens. Pas tous les Algériens s’entend, les autres, ceux des vendus, des fils de harkis, des faux patriotes et de vrais mercenaires, des intellos de second rang et des comptes en banque ne sont pas concernés. Cinquante et un ans après, la France vient de murmurer des excuses pas pour 132 ans de colonisation et de ses bienfaits mais pour une journée seulement. Pour le 17 octobre 1961. Pas un jour de plus. Ni avant, ni après. C’est à prendre ou à laisser. Voilà. L’Algérie officielle a tièdement accueillie « les bonnes intentions » de la France, histoire de lui rappeler qu’il reste un bon bout de chemin à accomplir ensemble et qu’il faut plus qu’une date pour s’inscrire dans ses bonnes grâces énergétiques. Pour Paris, la socialiste, ces excuses publiques ne valent que par leurs portées symboliques et n’engagent en rien la responsabilité du Grand empire dans ce qu’à vécu l’Algérie depuis le débarquement de Sidi Fredj. Et pour justement concilier le choux et la chèvre, le choux étant les Algériens parce qu’ils se font à chaque fois bouffer, les conseillers de Hollande ont trouvé cette parade de saucissonner ces 132 ans en épisodes reconnus et célébrés solennellement. Une formule qui devra accompagner le redéploiement français en Algérie en attendant que De Gaulle, heu… Hollande, s’y rende et nous gratifie d’un de ces « je vous ai compris » qui ne s’adressait même pas à nous.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...