RSS

Un slogan grand et magnifique ! par Kamel Daoud

19 octobre 2012

Kamel Daoud

« Halte au piratage des œuvres : barakat !». C’est le slogan de l’office algérien des droits d’auteur avant-hier lors de l’opération des destructions d’un million d’œuvres piratées. Pour l’essentiel des DVD et des CD. Alias des films et des chansons. Sur les lieux, la ministre de la Culture a détruit, puis des chanteurs algériens. Il le faut, il le fallait : les créateurs ne vivent pas d’air et il leur faut de l’argent comme tout le monde. Le piratage tue autant que le tabac ou la route. Sauf que la question est importante : pourquoi les Algériens piratent autant ? A cause de raisons. La première est que le socialisme nous a habitués à la culture zéro dinar, soutenue par l’Etat. Ainsi les Algériens s’étonnent qu’un livre coûte beaucoup ou qu’un écrivain doive manger. Ensuite, les Algériens s’ennuient : quand la nuit tombe, tous retombent. Il n’y a rien à faire que regarder un film piraté ou une chaîne piratée. «Tout sauf l’ENTV !» est un bon slogan sur la rime de l’étrange slogan masochiste des islamistes «Tout sauf le prophète». Le soir, le peuple est obligé de peupler le pays par lui-même : on ne peut pas sortir, il n’y a rien dans les rues sauf des rues et la nuit est une guerre des années 90.

Deux dernières raisons ? Oui : cela coûte moins de pirater que d’acheter et ensuite c’est hallal de voler un voleur dit le diable : l’Occident et Hollywood. C’est dire et écrire que quand on détruit un million d’œuvres piratées, c’est toujours bien. Reste qu’il faut les remplacer par des cinémas (qui appartiennent étrangement au ministère de l’Intérieur et pas à celui de la Culture !), de la vie nocturne, du «hallal», de la création, de l’éclairage de nuit, de la vie. Et cela est l’œuvre majeure de tout pays qui veut remplacer les œuvres piratées. Tout cela pour dire ce que l’on sait : le piratage est une conséquence de l’ennui et un produit dérivé du butin.

Reste le slogan. «Halte au piratage des œuvres : barakat !». Il est étrange. On peut le lire comme un slogan de l’ONDA ou comme un slogan revisité du FFS ou comme un slogan des premières années de l’indépendance contre Ben Bella. On peut penser qu’il a été écrit et créé par le GPRA par exemple et que c’est Ferhat Abbas qui aurait dit «Halte au piratage des œuvres : barakat !». L’indépendance est une œuvre nationale piratée comme chacun le sait, le sent et l’écrit et le répète au moindre feu rouge cassé ou policier mal habillé dans un aéroport algérien. Et c’est sans fin : l’Indépendance est une œuvre collective piratée par un groupe minoritaire. Mais la destruction de cette œuvre piratée n’est pas une lutte contre la piraterie et le piratage. Paradoxe politique. Ce qu’il faut, c’est détruire le piratage pas l’œuvre car elle est originale. On aura compris mais il fallait préciser la nuance majeure. L’indépendance est une œuvre originale, tout le reste est piratage.

«Halte au piratage des œuvres : barakat !» est donc un bon slogan. Pour l’histoire, pour les prochaines élections des maires. Pour la présidentielle de 2014. Pour revisiter le passé et pour éclairer les couloirs du ministère des anciens moudjahiddines et pour revoir le fichier nominatif des anciens combattants. C’est un slogan magnifique que l’on peut utiliser pour presque tout.

Il faut donc lutter contre le piratage. Culturel, d’œuvres, de création ou de légitimité. Cela va ensemble. Le geste de ne pas acheter une œuvre volée repose sur une morale qui doit être totale. Certains ont choisi un jour de pirater les mémoires du général tortionnaire français Aussaresses, tueur de Larbi Ben M’hidi. Le principe était qu’on ne doit pas verser des droits d’auteur à un criminel. On ne peut pas être auteur d’un crime et d’un livre à la fois. Possible. Les mémoires de Chadli vont bientôt sortir. Peut-on les pirater ? La question est posée sauf que Chadli n’est pas l’auteur des crimes commis sous son règne, ni auteur du livre écrit en son nom. A creuser.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...