RSS

POLITIQUE INDUSTRIELLE L’Algérie face au dépérissement de son tissu productif  

19 octobre 2012

Contributions

Mercredi, 17 Octobre 2012 09:50

Par : Dr Abderrahmane Mebtoul (*)POLITIQUE INDUSTRIELLE  L’Algérie face au dépérissement de son tissu productif   dans Contributions 133_200_150

Le Forum des chefs d’entreprise (FCE) vient de déclarer, le 15 octobre 2012, que le secteur productif en Algérie est sinistré. trans dans Contributions

Depuis l’indépendance politique à nos jours, l’économie algérienne a connu différentes formes d’organisation des entreprises publiques. Avant 1965, la forme d’autogestion était privilégiée. De 1965 à 1980, nous avons de grandes sociétés nationales et de 1980 à 1988, nous assistons à une première restructuration découpant les grandes sociétés nationales. Avec la crise de 1986, qui a vu le cours du pétrole s’effondrer, des réformes timides sont entamées en 1988 : l’État crée 8 fonds de participation chargés de gérer les portefeuilles. Comme conséquence de la cessation de paiement en 1994 (avec le rééchelonnement), en 1996, l’État crée 11 holdings en plus des 5 régionaux avec un Conseil national des privatisations ; en 2000, nous assistons à leur fusion en 5 mega-holdings et la suppression du Conseil national des privatisations ; en 2001, nouvelle organisation et l’on crée 28 Sociétés de gestion des participations de l’État (SGP).
Lors de différents Conseils de gouvernement tenus durant toute l’année 2007, une nouvelle organisation est proposée par le ministère de la Promotion de l’investissement, (les deux grandes sociétés hydrocarbures Sonatrach et Sonelgaz, régies par des lois spécifiques n’étant pas concernées), articulée autour de quatre grands segments : des sociétés de développement économique qui relèvent de la gestion exclusive de l’État gestionnaire ; des sociétés de promotion et de développement en favorisant le partenariat avec le secteur privé international et national ; des sociétés de participation de l’État appelées à être privatisées à terme ; et enfin, une société chargée de la liquidation des entreprises structurellement déficitaires.
Courant février 2008, cette proposition d’organisation, qui n’a pas fait l’unanimité au sein du gouvernement et certainement au niveau de différentes sphères du pouvoir, est abandonnée. Le 27 mars 2010, le ministère de la Promotion de l’investissement de l’époque, en reconnaissant l’échec dans l’attrait de l’investissement direct étranger, avait affirmé que le secteur industriel public devrait être réorganisé les Sociétés de gestion de participation (SGP) devant être progressivement dissoutes et remplacées par des groupes industriels avec des zones intégrées avec des expériences dans 5 wilayas-pilotes, à savoir Annaba, Bordj Bou-Arréridj, Sétif, Oran et Blida, mais ne précisant pas si ces groupes relevaient de son département ministériel ou si l’on revenait à l’ancienne organisation administrative des années 1970 de tutelle de chaque département ministériel. Et en ce mois d’octobre 2012, l’organisation du secteur industriel reste toujours floue.
Tout au plus, on peut affirmer que le processus de privatisation, en tant que facteur de restructuration de l’économie, n’existant pas d’économie de marché spécifique, comme moyen de croissance est bloqué. Encore que depuis la loi de finances complémentaire 2009, de nouvelles dispositions sont mises en place limitant le privé international qui doit s’associer à un partenaire algérien (49/51%). Certes, l’État algérien est souverain, mais doit respecter ses accords internationaux et surtout le droit international, s’il veut éviter de s’isoler des nouvelles mutations mondiales et les litiges avec les investisseurs étrangers. Comme il serait souhaitable d’avoir des critères moins idéologiques évitant le juridisme, mais économiques, en dehors des secteurs stratégiques, comme une balance technologique, managériale et financière positive au profit de l’Algérie et éviter de diaboliser tant le secteur d’État qui s’insère dans le cadre de la compétition que le secteur privé productif en leur permettant des alliances stratégiques avec les groupes étrangers qui apportent un savoir-faire.
Car les changements d’organisation périodiques démobilisent les cadres du secteur économique public, les investisseurs locaux et étrangers montrant clairement la dominance de la démarche bureaucratique au détriment de la démarche opérationnelle économique assistant plutôt au souci de dépenses monétaires, aux réalisations physiques sans se préoccuper de la bonne gestion, (coûts/qualité) des impacts économiques et sociaux, donc à un gaspillage des ressources financières et à un renforcement de la dynamique rentière. Cela n’est que le reflet des ambiguïtés dans la gestion des capitaux marchands de l’État expliquées par la faiblesse de visibilité et de cohérence de la politique économique et sociale, tout étant tiré par la dépense publique, existant peu d’entreprises tant publiques que privées performantes, dépense permise grâce aux cours élevés des hydrocarbures, instabilité juridique qui décourage tout investisseur sérieux.

Peut-on, en cette ère de re-mondialisation, parler de stratégie industrielle ?
En ce début du XXIe siècle, l’on assiste à l’évolution d’une accumulation passée se fondant sur une vision purement matérielle, caractérisée par des organisations hiérarchiques rigides, à un nouveau mode d’accumulation fondé sur la maîtrise des connaissances et des nouvelles technologiques et des organisations souples en réseaux comme une toile d’araignée à travers le monde avec des chaînes mondiales segmentées de production où l’investissement, en avantages comparatifs, se réalisant au sein de sous-segments de ces chaînes. Or, l’organisation des entreprises algériennes privées (plus de 90% sont de types familiaux) et publiques se fondent sur des organisations managériales totalement dépassées.
L’Office national des statistiques (ONS) dans son dernier recensement met en relief de l’implantation sur le territoire national de 990 496 entités dont plus de 934 200 entités économiques. Ils révèlent la “prédominance” du secteur commercial et le caractère “tertiaire de l’économie nationale”. Selon la même source, on dénombre 934 250 entités économiques, représentant plus de 94% du total et le reste (56 246), soit 6% sont des entités administratives. Le tissu économique national est fortement dominé par les personnes physiques à 95% (888 794), alors que les personnes morales (entreprises) représentent seulement 5%, soit 45 456 entités, “ce résultat étant révélateur d’une économie basée essentiellement sur des micro-entités”. L’assainissement des entreprises publiques a coûté au Trésor public plus de 50 milliards de dollars entre 1991 et 2012, alors que dans leur majorité, environ 70%, pour un effectif ne dépassant pas 180 000 pour le secteur à la case de départ, selon les rapports officiels, les banques publiques étant malades de leurs clients, (les entreprises publiques).
Ce qui explique, également, couplé avec l’inefficacité des dépenses publiques, que ce n’est pas une question de finances, mais renvoie à l’urgence d’un réajustement de la politique économique et sociale algérienne. En cette ère de mondialisation, il me semble erroné de parler de stratégie industrielle, ce qui supposerait une autonomie totale de la décision économique.
Il est plus juste d’imaginer des stratégies d’entreprises comme moyen d’adaptation à ce monde en perpétuel changement et  turbulent. L’environnement devient de plus en plus incertain d’où l’importance des prévisions et du management stratégique, donc de la maîtrise de l’information qui devient non plus le quatrième pouvoir, mais le pouvoir lui-même. On le constate quotidiennement avec cette crise financière et à travers les fluctuations boursières au niveau du marché mondial, l’Algérie, étant une économie totalement extravertie (les réserves de devises étant fonction du cours du Brent et du cours du dollar) pour les exportations à plus de 98% et important 70% des besoins des entreprises et des ménages.
Par ailleurs, en cette période de crise, avec la diminution de la demande au niveau mondial et fait de l’étroitesse du marché algérien, (d’où l’importance de l’intégration du Maghreb comme pont entre l’Europe et l’Afrique), il est faux d’affirmer que cela pourrait attirer les investissements étrangers créateurs de valeur ajoutée à moyen terme qui, face à la crise de liquidités bancaires, seront plus attirés par des projets rentables à court terme ou par les exportations en direction de l’Algérie. Et ce, tant qu’existent des réserves de changes qui clôtureront à plus de 200 milliards de dollars fin 2012, dont 86% placés à l’étranger inclus le prêt au FMI de 5 milliards de dollars sous forme de DTS. Le prêt des 5 milliards de dollars par l’Algérie, ayant une économie artificielle, provenant d’une ressource éphémère, les hydrocarbures, constitue plus un acte symbolique et de solidarité envers les institutions internationales, ne pouvant en aucune manière influencer les décisions  de cette institution contrairement aux pays émergents qui ont une économie productive concurrentielle avec un rendement presque nul, négatif tenant compte de l’inflation mondiale, tant pour le FMI que pour les autres placements puisque au 18 septembre 2012, le taux d’intérêt des DTS était de 0,08%, et pour les taux de change des banques centrales, le taux d’intérêt de la FED (dollar) varie entre 0-0,25%, l’euro à 0,75%, le yen un taux proche à 0,1% et celui de la livre sterling de 0,5%.


A. M.

(*) Professeur des Universités expert internationaL


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...