RSS

Faut-il raser les bidonvilles et éradiquer le secteur informel ?

12 octobre 2012

Contributions

le 07.10.12 | 10h00

En très net contraste avec les quartiers populaires, les bidonvilles surgissent à la fois dans les terrains vacants intra-muros et surtout dans les zones péri-urbaines.

Ils naissent là où les bâtiments classiques ne sont pas implantables à cause de la pollution, des accidents de terrain ou des règles urbanistiques de zonage. Les habitations construites dans les bidonvilles sont une initiative des résidants sans aide technique ni financière. Si les taudis et bidonvilles représentent un taux important de la population et si leur extension se fait plus vite que celle du tissu urbain, il est plus difficile de préciser, cas par cas, le nombre de familles concernées par cet habitat précaire, d’autant plus que le phénomène est en partie clandestin et échappe à tout recensement.

Tandis que la langue française parle de taudis, bidonvilles et par anglicisme, de squatters, c’est-à-dire d’occupants illégaux, l’anglais utilise les mots de slums (taudis), shanty towns (ville déchets), squatters settlements et substandard settlements (établissements d’occupants illégaux et établissements ne répondant pas aux normes). L’allemand est plus laconique : armenviertel (les quartiers pauvres), et l’espagnol plus imagé : calampas, colonias poletarias du Mexique, barriadas institutionnalisées en pueblos jovenes du Pérou, ranchitos du Venezuela, ciudales miserias d’Argentine, tugurios de Colombie, suburbios d’Equateur.

La pauvreté absolue connaît beaucoup d’autres appellations : gecekondu de Turquie, bustee de l’Inde, jhuggi du Pakistan, favela du Brésil, gourbiville de Tunisie, campamento du Chili, kampong d’Indonésie. Le sampanville de l’ancien Saïgon, que l’on trouve aussi à Hong Kong, désigne ces villages de jonques et d’embarcations qui servent d’habitations, de marché flottant (comme à Bangkok) grâce à un réseau complexe et ingénieux de passerelles. Dans les années 1950 au Mexique, on était habitué au paracaidismo, c’est-à-dire le «parachutage» par laquelle les migrants prennent possession du terrain la nuit. Au Moyen-Orient, le mot sharifa est parfois employé pour habitat précaire.Citons parmi les autres dénominations : établissements irréguliers, spontanés, non planifiés, clandestins, pirates et de transition.

Cette typologie* suffit à montrer la responsabilité des pouvoirs publics, qui doivent adapter une attitude plus active et offensive. A ce jour, en quoi a consisté l’attitude des pouvoirs publics ? A recenser les occupants de cet habitat et selon les programmes disponibles, procéder à leur relogement, après moult contestations et autres émeutes .
Faudrait-il continuer dans cette voie, empruntant au tonneau des Danaïdes, et reloger systématiquement tout occupant de baraque ou d’habitat précaire au motif que cela participe de la politique sociale de notre pays ?
En plus, et c’est un fait avéré, donner systématiquement une habitation en contrepartie d’un taudis éradiqué, constitue «un appel d’air » très bien assimilé par de nombreux concitoyens débrouillards et sans scrupules qui se dépêchent de rétrocéder à la barbe des autorités le logement acquis sans coup férir (son coût, fait rire ! suis-je tenté d’écrire, en demandant au lecteur de me pardonner cette digression).

Après ce constat, l’Etat doit-il réviser sa politique de distribution de logements, n’existant nulle part ailleurs, et par conséquent n’intervenir que dans les cas de catastrophes naturelles pour recaser éventuellement des sinistrés ?
Doit-il mettre l’effort exclusivement sur les programmes d’habitat impliquant financièrement  les bénéficiaires et les banques (programme AADL-CNEP-LSP-Logement promotionnel aidé ) ?Ou revenir à l’autre solution, qui  a consisté à solutionner le problème à coups de buldozzer et à raccompagner les «bidonvillois» vers leurs wilayas d’origine ?

Tout le monde connaît d’ailleurs les conséquences des actions dites «coup- de-poing» que certains réprouvent, estimant que les «bidonvillois» ont travaillé durement  pour améliorer une cellule logement, en bonne partie ou même totalement autoconstruite. Ces habitants (et c’est ma proposition, à contre-courant de ce qui est proposé pour solutionner ce type de problème),  dotés d’une sécurité d’occupation, seraient peut-être motivés pour investir dans l’amélioration du logis, voire du bidonville qui, bien que sous intégré à la ville, en fait partie et sa vie est liée à la dynamique urbaine d’ensemble.  Il représente un véritable sas de transition entre les modes de vie rural et urbain .
Dans cette perspective, si taudis et colonies de squatters sont des problèmes créés par l’explosion urbaine, le bidonville apparaît, lui, comme un début de solution. En effet, les habitants de bidonville, font appel aux compétences pour être conseillés et guidés. Mais au lieu d’une relation expert-client, il reçoivent l’appui technique et surtout bénévole de sympathisants et de membres de leur famille ayant les compétences voulues et déjà installées in-situ, pour édifier leur cellule-logement.

Cela confirme d’ailleurs l’importance du secteur informel pour absorber cette  main-d’œuvre non déclarée bien sûr .
Une partie du secteur informel est établie directement dans les quartiers pauvres et les bidonvilles, qui en tirent leur subsistance. Il a été longtemps sous-estimé parce que nombre d’entreprises ne sont pas officiellement déclarées (les trois quarts n’ont qu’une existence de facto). Pourtant, c’est lui qui continue d’absorber le gros de la vague des demandeurs d’emploi. Il occupe une position charnière entre l’agriculture et le secteur moderne, comme les bidonvilles sont le trait d’union entre le village et les quartiers urbains .
Quelques solutions

L’OIT donne du secteur informel la définition suivante : «Facilité d’accès; utilisation de ressources locales; propriété familiale des entreprises ; opérations à petite échelle ; technologie appropriée à forte intensité en main-d’œuvre, qualifications acquises en dehors du système éducatif officiel ; marché fluide, concurrentiel et non régulé. » Les paramètres inverses définissent le secteur moderne. Chez nous aujourd’hui, il me semble qu’un certain quiproquo ait été introduit dans les esprits, dès lors que l’actualité nationale s’est cristallisée ,paradoxalement, sur les marchés informels qui ne sont en fait que la partie visible de l’iceberg .
Notons néanmoins que la sémantique a évolué depuis quelques  jours, puisqu’il n’est plus question d’«éradiquer», mais de « redéployer » les vendeurs de ces marchés informels tantôt estimés à 70613 selon le MICL,75000 selon le ministère du Commerce ou même 300000 selon l’Union générale des commerçants et artisans algériens .

Au-delà de ces estimations, il conviendrait à mon sens de garder à l’esprit que des milliers de jeunes Algériens dépourvus de diplômes et de formation ne vont pas manquer de saisir cette aubaine pour gonfler les chiffres des effectifs donnés supra et investir lesdits espaces qui seront mis en place, ajoutant ainsi à la confusion en l’absence de recensement fiable et définitif.
De plus, « l’appel d’air »  qui serait ainsi créé ne manquera pas de débaucher dans les secteurs de l’agriculture et du bâtiment dont les déficits sont chroniques en matière de main-d’œuvre .

L’idée de mettre en place des «espaces maîtrisables» est noble au demeurant, mais si l’on n’en balise pas les contours, ils risquent de se transformer en «espaces méprisables», loin donc de l’objectif visant la réhabilitation des vendeurs et la promotion de leur activité commerciale.
Qu’il me soit permis à cet effet  d’avancer quelques solutions :
1-Redéployer les vendeurs après une rigoureuse sélection des hommes et une mise aux normes de leurs marchandises .
2- N’autoriser que les activités honorables, profitables, bancables et… imposables .
3- Ne pas sédentariser ces vendeurs de façon à récupérer l’espace (ponctuellement ou en cas de besoin). L’exemple qui illustre cette idée se trouve dans le fonctionnement du «marché parisien» qui est démantelé quotidiennement, selon une programmation, un horaire et un cahier des charges préétablis. Toutes les commodités sont fournies par la mairie, qui reste le gestionnaire principal et le garant du règlement intérieur (cette proposition, si elle venait à être retenue, dispenserait les collectivités locales de tout investissement, dès lors que les équipements (à normaliser) restent à la charge des vendeurs )
4-Les grandes villes étant en général des marchés d’intérêt national (M.I.N) peuvent constituer des centres de commerce importants et favoriser périodiquement des échanges spécialisés à travers des foires et des braderies, où seraient échangés des spécificités et des produits régionaux, ce qui aurait pour impact d’encourager le «tourisme domestique», et partant, créer de l’emploi, y compris dans la restauration et l’hôtellerie.
5- Les villes à faible potentiel industriel doivent s’investir dans ces espaces intermédiaires en veillant à promouvoir  leur production locale.
6- Réserver des emplacements aux bouquinistes, aux brocanteurs, en un mot, à tout ce qui emprunte aux  échanges humains, dans le domaine culturel notamment.
7-Les 100 locaux par commune doivent impérativement garder l’objectif noble qui leur à été assigné par le président de la République, tant en termes de  bénéficiaires que d’ activités projetées .
Pour conclure sur ce sujet que j’ai déjà abordé de manière prémonitoire dès 2005 et qui a été publié dans une version réduite avant que l’actualité nationale ne le rattrape et m’interpelle pour  le réactualiser, je propose au débat  ces problématiques :
Doit-on continuer à reloger indéfiniment les habitants de ce type de construction  précaire, quelquefois au prix d’émeutes, sachant que cela se fait au détriment d’une large couche de la population vivant dans les centres urbains, voire ruraux, dans des habitations en dur certes, mais dans des conditions d’hygiène, d’exiguïté et de promiscuité déplorables ( cohabitation de plusieurs générations recensées comme prioritaires, mais dont « le tour  passe» à cause du «forcing payant»  de familles implantées, somme toute,  en toute illégalité ?
Est-il permis d’ affirmer que raser les bidonvilles est inefficace ?
On est tentés de répondre par l’affirmative puisque, faute de stratégie d’ensemble, les taudis réapparaissent ailleurs dans le tissu urbain et c’est l’éternel recommencement.
Mais ce sont peut-être des considérations économiques et humanistes qui invitent à surseoir parfois aux décisions de destruction de l’habitat précaire :  un économiste indien ne déclarait-il pas à la conférence mondiale de Vancouver que Calcutta était l’une des dernières villes où l’on trouvait encore trace d’humanité ?
Quant au secteur informel ( pourvoyeur du marché informel) qui absorbe la force de travail, «réduit officiellement la courbe statistique du chômage» et qui fournit biens et services à la portée des bourses de la  population pauvre, peut-on raisonnablement en faire l’économie ?

Bibliographie :
La planète des bidonvilles Bernard (éd. du Seuil )

Chérif Ali : (Cadre supérieur à la retraite )

© El Watan

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Faut-il raser les bidonvilles et éradiquer le secteur informel ?”

  1. simulation pret Dit :

    Très bon article qui donne matière a réfléchir, merci!

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...