RSS

Une femme ou un Nord-Américain ?

11 octobre 2012

LITTERATURE

Culture : PRIX NOBEL DE LITTÉRATURE

A l’approche de l’attribution du prix Nobel de littérature, décerné aujourd’hui jeudi, les milieux littéraires suédois essaient de déterminer un portrait-robot du potentiel lauréat, et estiment qu’une femme ou un Nord-Américain seraient un choix logique. 
Les noms de la Canadienne Alice Munro, des Américains Don DeLillo et Philip Roth et du Somalien Nuruddin Farah reviennent souvent dans les conversations, alors que l’Égyptienne Nawal el Saâdawi et l’Américain N. Scott Momaday font figures d’outsiders. «Je peux seulement supposer et spéculer, c’est amusant et incroyablement palpitant», se réjouit Elisabeth Grate, responsable de la maison d’édition qui publie en Suède Jean-Marie Gustave Le Clézio, lauréat 2008. «On ne peut jamais savoir ou deviner comment l’Académie suédoise qui décerne le prix réfléchit», dit à l’AFP Lina Kalmteg, critique littéraire au quotidien Svenska Dagbladet. Toutefois, «il ne semble pas qu’ils aient eu beaucoup plus de réflexions que d’habitude sur qui ils vont choisir », a-t-elle ajouté. Après, le poète suédois Tomas Tranströmer en 2011, «ce qu’on peut imaginer cette année est que ce ne sera pas un poète et pas un Suédois, certainement pas un Suédois en tout cas», a-t-elle précisé. «On peut penser que ce sera un auteur d’Amérique du Nord, un homme peut-être comme Don DeLillo ou Philip Roth», considère Mme Grate. Mais «ça serait bien avec une femme». «Je trouve qu’il est toujours temps pour une femme, il y a trop peu de femmes lauréates», renchérit une responsable de la maison d’édition Norstedts, Susanna Romanus. Depuis 1901, le prix a été décerné à seulement 12 femmes, sur 108 lauréats. «Puisqu’il y a si peu de femmes qui ont reçu le prix, la dominance masculine parmi les lauréats peut être vue comme politique, de la même manière que le fait que peu d’écrivains de cultures et langues non européennes aient eu le prix» peut être aussi considéré comme politique, a affirmé pour sa part Bengt Söderhäll, président de la société Stig Dagerman. Cette organisation attribue chaque année un prix en l’honneur de l’écrivain suédois et a, à deux reprises, lors des huit dernières années, récompensé un auteur qui s’est vu décerner le prix Nobel quelques mois plus tard : l’Autrichienne Elfriede Jelinek en 2004 et le Français Le Clézio. Cette année, elle a attribué son prix à Nawal el Saâdawi, un nom que l’Académie pourrait choisir. «Ça pourrait être envisageable, ça irait avec le monde arabe et c’est une femme», a affirmé Mme Grate. Les Canadiennes Alice Munro, auteur de nouvelles, un genre qui n’a jamais été récompensé par le Nobel, et Anne Carson, poète, sont également des candidates sérieuses. Le Nobel récompense l’ensemble des œuvres d’un auteur. Le Britannique Rudyard Kipling, 41 ans à l’époque, et le Français Albert Camus, âgé alors de 44 ans, sont parmi ses plus jeunes récipiendaires. Si «le lauréat avait moins de 40 ans, ça serait sensationnel », estime-t-elle. Pour Mme Kalmteg, «ça semble complètement improbable qu’on donne le prix à quelqu’un autour de 40 ans. On doit avoir eu le temps de prouver quelque chose». «Les noms de jeunes écrivains reviennent dans les discussions comme celui de la Française Nina Bouraoui, mais elle est un peu jeune», a-t-elle ajouté. Chez les parieurs, le Chinois Mo Yan et le Japonais Haruki Murakami sont favoris, mais ne provoquent pas l’enthousiasme des spécialistes. «Murakami est l’un de ceux qui va avoir le prix Nobel au cours de sa vie. Ça serait chouette (…), seulement, si on cherche à récompenser quelqu’un qui renouvelle la littérature, je préférerai que Nuruddin Farah ait le prix», estime M. Söderhäll. Les nominations au prix Nobel de littérature sont tenues secrètes et le processus de sélection n’est rendu public que 50 ans après la remise du prix. L’Académie est réputée pour ses méthodes dignes des romans d’espionnage afin d’éviter toute fuite, utilisant des noms de codes pour les auteurs et de fausses couvertures pour les livres lus en public par les jurés. Le nom du lauréat sera dévoilé aujourd’hui jeudi à 11h00 GMT. 

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/10/11/article.php?sid=140185&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...