RSS

Des mots en rondelles aux Editions Achab Code El. H. D., condamné à écrire

7 octobre 2012

El-Houari Dilmi

Baba Fodil

Parce qu’il existe toujours un moment où l’espoir rejaillit en nous, si loin ait-il été enfoui jusque-là. Il nous rattrape doucement et nous donne l’impression soudaine qu’on peut se battre, qu’il y a tant à faire et qu’il n’est que temps de commencer. Et c’est cette sensation que l’on ressentDes mots en rondelles aux Editions Achab Code El. H. D., condamné à écrire dans El-Houari Dilmi transdoucement nous envahir à la lecture «Des mots en rondelles », livre signé El Houari Dilmi. Ce recueil, qui réunit un ensemble de chroniques publiées entre 1996 et 2011 par le journal «Le Quotidien d’Oran» sous la rubrique «Raïna Raïkoum», donne envie de courir dehors, voir ce qui se passe et hurler, dénoncer sans jamais juger. Entre «l’urne et l’autre» chronique, il nous invite à lire de droite à gauche l’histoire portée par son personnage «Chalachou, un homme qui, déjà dans le ventre de sa mère, rêvassait d’un destin qui le mènerait à s’asseoir sur le crâne «éviscéré» des autres . Une invite à revisiter, grâce à une mise en scène de mots en rondelles, l’histoire d’un pays redressé -révolutionnairement parlant -, la mort du moustachu, le programme anti-pénurie et ses trous de gruyère. Et les trous de mémoire qui ont écrit l’histoire à la gomme. Et le vide qui s’ensuit. Houari Dilmi est né à l’aube de l’indépendance à Oran. Il refuse de nous livrer la date exacte de peur d’être poursuivi en diffamation. Car ce journaliste a déjà plus de cent vingt plaintes déposées contre lui sous le motif d’ «écrits diffamatoires ». Des cris diffamatoires ? Non, il ne peut y avoir de cri sans douleur ! Les chroniques de Houari Dilmi vont jusqu’au bout. Car ce journaliste talentueux n’aime pas rester au bord, s’accrocher à la sécurité du quotidien normé, ne pas prendre de risque… ce n’est pas son style. Après un passage au «Soir d’Algérie» au début des années 90, Houari Dilmi rejoint l’équipe du Quotidien d’Oran en 1994 où il exerce toujours comme chef de bureau à Tiaret. Sa ville adoptive. «Des mots en rondelles», publié aux éditions Achab, est un ensemble de chroniques aux prises avec un temps donné, des hommes donnés dans une société donnée qui nous ramènent au réel de notre actualité. Aucune de ses chroniques n’est recadrée à sa convenance. Contrairement à son style d’écriture, la vérité n’est ni policée ni enjolivée. Il écrit et décrit le quotidien de la société avec tout ce qui la constitue, revendiquant «un ministère du Rêve national» dans le pays où «la chaumière rit et le palais pleure…» S’il y a un autre procès à intenter à Houari Dilmi, c’est celui de ne pas avoir mis, plus tôt, à la disposition du grand public son livre. «Des mots en rondelles», deux cents pages de bonheur à lire.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...