RSS

IL EST DÉCÉDÉ HIER À L’ÂGE DE 83 ANS Le dernier octobre de Chadli

7 octobre 2012

Chadli Bendjeddid

Actualités : 

Admis, mercredi 3 octobre, dans un état jugé critique à l’hôpital militaire d’Aïn-Naâdja, l’ancien président de la République, Chadli Bendjedid, a rendu l’âme hier samedi. Il souffrait d’un cancer du rein qu’il soignait depuis 2011, date de sa détection.
Sofiane Aït Iflis – Alger (Le Soir) – L’état de santé de l’ancien président de la République a commencé à décliner depuis au moins une année. Son cancer du rein a été détecté en 2011, lors de l’établissement d’un bilan de santé dans un hôpital parisien. Les soins qui lui ont été prodigués depuis n’ont pas eu raison de la pathologie. En mai 2012, il a été évacué dans un hôpital parisien où il aurait subi une ablation du rein. Mais cela n’a pas empêché la métastase de la tumeur qui lui aurait rongé les os et l’estomac. A son admission mercredi à l’hôpital militaire de Aïn-Naâdja où il a rendu l’âme trois jours plus tard, il avait déjà sombré dans le coma. Le président Chadli a tiré sa révérence à l’âge de 83 ans. Né le 9 juillet 1929, il a fait carrière dans l’armée où il a atteint le grade de colonel. A la mort du président Houari Boumediène en décembre 1979, le consensus militaire, laborieux, il faut le dire, tant féroce était la guerre de succession, le désigna pour présider aux destinées du pays. Ses pairs d’entre les hauts galonnés de l’armée choisirent en lui l’officier le plus ancien au grade le plus élevé. Son intronisation est intervenue le 7 février 1979. Son règne, long de 13 ans, n’a pas été une sinécure. Moins d’une année après sa désignation à la tête du pays, il s’est retrouvé face à une poussée du mouvement social et politique alors contraint à l’activité clandestine. Le Printemps amazigh en avril 1980, puis les émeutes de Constantine en 1986 et le soulèvement d’Octobre deux années plus tard, soit en 1988, finiront par lui imposer de lâcher du lest et de consentir à une ouverture qui permit l’émergence d’un pluralisme politique et d’une presse tout aussi plurielle. La conjoncture économique également n’était pas propice pour un quelconque essor. Les chutes drastiques des prix du baril de pétrole le figèrent dans son effort économique. C’est encore sous la pression de contingences qu’il délaissa l’option socialiste, sacerdoce cher à Houari Boumediène, pour engager des réformes économiques, inspiré, par ailleurs, par la perestroïka de Michael Gorbatchev en Union soviétique. Le coût de cette réorientation économique était immense, puisque, étouffée financièrement, l’Algérie dut consentir à un rééchelonnement de sa dette extérieure. Le reprofilage de cette dette, terme en usage à l’époque, générera un coût social, avec son lot de licenciements et de fermetures d’entreprises économiques. C’est dans cette situation de marasme économique que surgit la menace islamiste. Agréé en 1989, dans le sillage de l’ouverture du champ politique à l’initiative partisane, le FIS partit, dès 1990, à l’assaut de la République. Chadli Bendjedid devait faire face, dès l’été 1991, à une crise encore plus accentuée que celles qu’il avait eu à affronter auparavant. Cette fois-ci, ce n’est plus à un mouvement revendicatif qu’il fit face mais à un fascisme rampant, pressé d’assener le coup de grâce à la République. La crise de l’été 1991 n’allait pas être sans conséquences sur la magistrature de Chadli. Elle l’écourtera. Chadli est poussé à la démission. Il en fera l’annonce dans un court message télévisé le 11 janvier 1992. La démission de Chadli et l’interruption du processus électoral évitèrent une prise de pouvoir par le FIS qui, d’ailleurs, a vite accéléré son insurrection armée, l’action terroriste, en somme. Parti du pouvoir, Chadli s’est efforcé de rester à l’écart de la vie politique. On ne lui connaît pas d’interventions publiques, hormis son témoignage dans un colloque dans la wilaya d’Et-Tarf consacré à l’histoire de la base de l’Est durant la guerre de Libération. Un témoignage qui, on s’en rappelle, a suscité une vive polémique. Partageant son temps entre Oran et Alger, Chadli s’était mis à écrire ses mémoires, lesquelles devraient paraître le 1er novembre prochain. Avec le décès de Chadli Bendjedid, c’est le second ancien président de la République, après Ahmed Ben Bella, à disparaître en 2012.
S. A. I.

RÉACTIONS

MOULOUD HAMROUCHE :
«Un moudjahid patriote humble»
«Fortement affligé par le décès de l’ex-président de la République, Chadli Bendjedid, un moudjahid patriote humble qui a accepté et tenté de partager avec tous ses concitoyens algériens le fruit de la liberté et de l’indépendance, je présente à ses compagnons, son épouse, ses enfants et toute sa famille mes condoléances les plus attristées.»

ABDEREZAK MOKRI, VICE-PRÉSIDENT DU MSP :
«C’est le meilleur président algérien» 
«Au MSP, nous avons accueilli la nouvelle avec une grande tristesse. Allah yarahmou ! Personnellement, je le considère comme le meilleur président qu’a connu l’Algérie depuis l’indépendance. Et il n’a été pour rien dans la crise qui a endeuillé le pays. Lorsqu’on lui a demandé d’annuler les élections, lui a préféré se retirer de la scène politique. C’est le père de l’ouverture politique en Algérie. Je dis bien de l’ouverture parce qu’il n’y a pas de démocratie en Algérie. Nous lui devons néanmoins la marge de liberté dont nous disposons aujourd’hui. Malheureusement, les extrémismes de toutes sortes ne lui ont pas laissé le temps de terminer son œuvre.»

NORDINE AÏT HAMOUDA :
«Je lui pardonne sincèrement»
«Je présente mes sincères condoléances à sa famille. Il a été un moudjahid et à ce titre, il a mon estime et ma considération. En tant que chef d’Etat, il a hérité d’un pays laissé en crise par le dictateur Boumediène. Je pense qu’il a été un président honnête et sincère même s’il avait ses faiblesses. C’est lui qui m’avait emprisonné en 1985. J’avais alors pris part à la fondation de l’Association des enfants des martyrs et la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme. Je lui pardonne sincèrement. Il ne faut pas oublier que c’est grâce à lui que nous avons pu récupérer les dépouilles des colonels Amirouche et Si El Haouès. Au moins, lui, est un président algérien.»

ABDELHAMID SI AFFIF, MEMBRE DU BUREAU POLITIQUE DU FLN
«L’Algérie vient de perdre l’un de ses valeureux combattants. C’est un homme d’Etat qui a beaucoup marqué l’histoire de l’Algérie indépendante quand il était président et également quand il était secrétaire général du FLN. Je dirai qu’il a honoré son parti, le FLN, et qu’il a donné plus de crédibilité aux institutions de l’Etat.»

RND :
«L’Algérie perd un glorieux fils»
Le parti d’Ahmed Ouyahia a préféré diffuser un communiqué dans lequel il présente ses condoléances à la famille du défunt et au peuple algérien : «Le Rassemblement national démocratique a appris avec une profonde tristesse la disparition du frère président Chadli, grand militant de la cause nationale et de l’édification du pays. Il faut rappeler que le frère président a consacré sa vie à l’édification du pays et il n’a ménagé aucun sacrifice durant l’exercice de ses multiples responsabilités tant durant la lutte de Libération nationale qu’au sein de l’Armée nationale populaire puis au sommet de l’Etat. L’Algérie perd aujourd’hui l’un de ses glorieux fils et le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre serait de conforter l’unité nationale et consolider les acquis de notre Révolution dans l’esprit du 1er Novembre 1954.»

SOFIANE DJILALI, PRÉSIDENT DE JIL JADID :
«C’est l’artisan de l’ouverture au multipartisme»
«On vient de l’apprendre ! Mais, je mentirais si je vous disais que nous étions surpris. Nous savions qu’il était gravement malade. Il a été président durant les années 1980, ce n’est pas si loin, et il est encore dans les mémoires des générations de l’indépendance. Et avec tout ce qui se dit de lui, l’histoire retiendra qu’il était le président qui a ouvert le champ politique au multipartisme.» Propos recueillis par
Lyas Hallas

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/10/07/article.php?sid=140021&cid=2

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...