RSS

SALAM OUESSANT D’AZOUZ BEGAG L’amour d’un père

6 octobre 2012

Auteurs Algériens

Culture : EN LIBRAIRIE

Salam Ouessant est un roman autobiographique teinté d’amour, de tendresse et de nostalgie. Après un divorce houleux avec sa femme, le juge des affaires familiales autorise enfin Azouz Begag à jouir de ses droits en tant que père. 
Heureux comme un enfant à qui l’on vient d’acheter un cadeau, l’ex-ministre décide d’offrir une semaine de vacances à ses deux filles Sofia et Zola, en juillet. C’est l’occasion tant attendue d’avoir ses deux gamines pour lui tout seul et leur prouver son incommensurable affection.
Via internet, il loue une maison sur l’île d’Ouessant, en Bretagne, et chaud devant ! Seulement voilà, lorsque le bateau Le Fromveuraccoste sur l’île, les petites pestes ne sont pas satisfaites de la destination choisie par leur papa. Et pour cause, la météo est d’une humeur grincheuse. C’est l’été mais Madame Météo déverse des trombes d’eau, souffle des vents puissants et badigeonne le ciel de gris. Sofia et Zola font la moue et reprochent à leur papa de ne pas les avoir emmenées sous le soleil d’Algérie, son pays d’origine dont il leur a souvent parlé. «Sur le coup, pris de court, j’ai failli monter sur mes grands chevaux et crier à tue-tête pour défendre mon choix d’Ouessant. Quoi ? L’Algérie ? Mais tu ne sais pas de quoi tu parles, ma fille ! Dans la fournaise de l’été africain, les températures dépassent les quarante degrés et on ne peut pas mettre le nez dehors entre neuf heures et dix-sept heures, la chaleur accable, les rayons du soleil fusillent à bout portant tous les audacieux qui posent le pied sur un trottoir de la ville…» (P. 8). Les souvenirs du bateau le Ville d’Alger qu’il prenait à Marseille avec ses parents et sa nombreuse fratrie remontent à la surface. Chaque été, les Azouz quittaient alors Lyon pour passer les grandes vacances à Sétif. Les images et les odeurs sont toujours vivantes dans son esprit «… des vendeurs ambulants poussent leurs carrioles montées sur des roues de camion en louant les qualités de leurs tomatiche, batata, loubia… les lambretta à trois roues, débordant de marchandises… des voitures Bijou 203, 403 et 404…»(P.145). Azouz Begag déploie des trésors d’imagination pour faire plaisir à ses deux princesses. Vélo, cheval, longues balades… les activités en plein air sont au menu. Le soir, lorsque ses filles s’endorment, les souvenirs anciens se fraient un chemin dans sa mémoire. Le désamour avec sa femme, son divorce, la mort de son frère Malik, son enfance à Lyon et la haine raciale dont il a souvent fait les frais. Avec beaucoup d’humour, l’auteur du Gone du chaâbapartage avec ses lecteurs des tas d’anecdotes. Comme le jour, où l’un de ses camarades de classe lui a démoli le portrait, l’accusant de «manger le pain des Arabes». En arrivant à la maison, le petit Azouz a annoncé à sa mère que désormais il ne mangera plus que du khobz ed’ddar( P42). Un roman autobiographique drôle, sympa et touchant. Lors de son passage samedi à l’Institut français d’Alger, Azouz Begag a annoncé qu’il préparait actuellement une bande dessinée consacrée à l’Emir Abdelkader. Bon vent !
Sabrinal
Salam Ouesant, de Azouz Begag, Editions Sedia, 2012, 600 DA, 162 P.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/10/06/article.php?sid=139968&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...