RSS

Par quoi commencer en Algérie ? par Kamel Daoud

30 septembre 2012

Kamel Daoud

Avant-hier à Mostaganem : tout juste à côté de l’ancienne église, aujourd’hui « Grande mosquée », un beau jardin revenu de loin. L’endroit avait été squatté par les petits-fils de la réconciliation, les barbus qui y vendaient sous-vêtements, babouches et « islamiseries ». Pendant deux décennies presque. Le jardin public avait disparu sous le bazar de l’époque. Puis ils ont été délogés et c’est agréable. Voir enfin un jardin fréquenté par des gens assis qui y lisent le journal ou regardent le ciel ou par des enfants. Du coup, des idées : quand on veut, on peut. La plus grande victime de la guerre des années 90 a été l’espace public aussi : volé, maltraité, privatisé, interdit, disparu, tué, assassiné, torturé. Cela a démarré avec les jardins pour aboutir aux trottoirs, en passant par les plages. L’espace était à celui qui se l’appropriait, le plus rapidement, et par la force. Celle du nombre ou de la matraque. Bien sûr les gens ont le droit de vendre et d’acheter mais les Algériens ont le droit d’être propriétaires de cet espace public volé par les Romains, les Vandales, les Ottomans, les Français, le socialisme puis le défaitisme et le Bouteflikisme populiste.

Donc on déloge et on restitue. C’est peut-être cela gouverner : faire des choses simples qui commencent simplement. « Pourvu que cela dure », répond le scepticisme national. Mais cela est déjà là : le jardin est revenu à la terre de tous. Les revendeurs devront apprendre un métier ou apprendre à payer des impôts, comme les salariés qui sont ponctionnés à la source.

Bien sûr, cela pose le problème de la suite. C’est un long chemin, mais qui commence par un pas, selon le proverbe chinois. Derrière le squatteur du jardin public, il y avait la force publique qui a laissé faire, le policier qui a baissé la tête. Il y a aussi le maire qui a autorisé et le chef de daïra qui a cru ainsi résorber le chômage ou la colère. Il y a le wali qui a dit oui et les fournisseurs qui ont trouvé des distributeurs et le régime qui a trouvé son compte et de l’argent. Donc il y a tout un Pouvoir qui a été complice, auteur et participant dans cette prédation. C’est cette analyse qui fait douter les Algériens, grands sceptiques de l’Afrique, sur la suite. Faut-il donc arrêter de récupérer les jardins et les trottoirs, sous prétexte qu’il faut revoir le tout depuis 62 ? On réforme un Etat par le haut ou par le bas ? « Par quoi commencer ? », a dit Boudiaf avant de commencer par mourir. Faut-il résoudre la question des « disparus » ou celle des trottoirs ? Peut-on réformer le régime de l’intérieur (comme a dit Hamrouche, un moment), ou de l’extérieur comme a pensé le RCD ou de l’Etranger comme pensent les victimes les plus impuissantes, face au régime ?

Il y a chez nous une fascination monstre pour le moment zéro et l’acte Un. Où sont-ils situés ? En 62 ? Aujourd’hui ou dans le proche avenir ? Par quoi commencer ? Par expulser des gens d’un jardin, comme pour l’histoire de l’humanité. Ou par des choses simples : restaurer l’Etat gangréné par le Pouvoir. Ou par se laver les mains et dire bonjour. Ou par la Justice, l’Ecole et la Santé, comme disent beaucoup. Ou par soi-même. Par une balle en 54. Par les ordures en 2012. Par des excuses aux familles des disparus ou par élections propres vraiment. Il faut commencer et c’est tout. Souvent c’est l’essentiel, dans un pays à l’arrêt ou en régression.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...