RSS

L’UGTA DANS LES PREMIÈRES ANNÉES DE L’INDÉPENDANCE (1962-1965) DE BOUALEM BOUROUIBA Foi de syndicaliste…

27 septembre 2012

LITTERATURE

Culture : 

Le stand d’Algérie-Livres Editions au Salon international du livre d’Alger (Sila) abritera demain, à partir de 15h, une séance de vente-dédicace de l’ouvrage L’UGTA dans les premières années de l’Indépendance (1962-1965) de Boualem Bourouiba, membre fondateur de l’UGTA, compagnon de Aïssat Idir. 
Le livre est considéré comme un témoignage post-mortem, car après le décès de Boualem Bourouiba, les textes qu’ils avaient écrits, avaient été rassemblés et mis en forme par Abdelmadjid Azzi qui a également écrit la préface de l’ouvrage. «Le regretté frère, Boualem Bourouiba, décédé le 19 février 2010, à l’âge de 88 ans, avait entamé un autre ouvrage, se voulant une suite à celui paru en 1998. Malheureusement, en proie à de graves ennuis de santé, il n’a pu réaliser son rêve et parvenir à atteindre ainsi le but qu’il s’était fixé, en l’occurrence la publication de son second témoignage, avant de rejoindre l’Eternel», explique Azzi. Boualem Bourouiba déjà l’auteur du livre Les syndicalistes algériens de 1936 à 1962 (ed. l’Harmattan, Paris, 1998), fut un témoin privilégié des événements historiques intervenus après l’Indépendance de l’Algérie. Il avait joué un rôle essentiel au sein de l’UGTA et assumé de hautes responsabilités syndicales. «Cette source d’informations inestimables et inédites, tant sur le plan politique que syndical, les récits et anecdotes relatant, depuis lors, les faits qu’il gardait en mémoire mais qu’il désirait singulièrement et avant tout transmettre aux générations futures contribuera sans nul doute à enrichir l’histoire encore méconnue de notre pays. C’est pourquoi, comptant depuis 1962 parmi ses fidèles compagnons, et ayant vécu moimême, mais à un degré moindre de responsabilité, les mêmes événements, il était tout à fait logique de répondre, spontanément et par devoir, à sa famille qui m’a fait l’honneur de me confier tous les documents d’archives et les notes qu’il avait laissés, en vue de parachever son œuvre», écrit Abdelmadjid Azzi dans sa préface. Le livre de Boualem Bourouiba est donc très intéressant tant sur le plan des luttes syndicales que sur les plans social et politique. Parfois d’ailleurs, l’un influe sur l’autre. «Quel étaient les objectifs visés par la Centrale ? Des objectifs qui, nécessairement, étaient politiques, car dans la «mélasse» où nous nous trouvions, parler revendications, création d’emplois, relèvement du SNMG, attribution des allocations familiales aux travailleurs agricoles, n’auraient pas fait sérieux», écrit-il au sujets des premiers mois de l’indépendance. Dans un autre paragraphe, le lecteur lira : «Une expression fit couler beaucoup d’encre et donna lieu à des commentaires quelquefois fantaisistes. Slimane Rebba, militant de l’UGTA, a vécu la manifestation au cours de laquelle le cri d’exaspération «Sept ans, cela suffit» fut lancé. Il raconte : «La manifestation spontanée a démarré place du Gouvernement… ». Abdelmadjid Azzi est l’auteur de l’ouvrage Le Mouvement syndical algérien à l’épreuve de l’indépendance, préface de Tahar Gaïd paru chez Alger-Livres éditions en 2012. «Notre force résultait d’une prise de conscience plus grande des travailleurs qui, seuls, étaient à même de discuter et de décider de leur sort. Pendant les années de guerre, nous avions dû subir la loi imposée par le colonialisme, et obéir sans discuter les consignes diffusées par le FLN. Nous devions sortir de cette situation et nous libérer du corset limitant nos mouvements», clame Boualem Bourouiba comme en réponse à la question du Syndicalisme à l’épreuve de l’indépendance.
K. B. 

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/09/27/article.php?sid=139641&cid=16

,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...