RSS

Un seul collège… Par : Mustapha Mohammedi

24 septembre 2012

M. MOHAMMEDI

Mercredi, 19 Septembre 2012 09:50

… NOIR ET BLANC …

Elle est loin la rentrée des classes du temps des colonies, quand des maîtres en shoort kaki prenaient au tableau noir des airs de grands sorciers blancs. 
Et d’abord qui se souvient de cette époque où notre mémoire collective était raturée sur une page déjà bien écorchée ? Sans doute les vieux francisants de l’école Jules Ferry qui n’ont oublié ni leurs plumiers, ni leurs participes, ni leurs tables de multiplication qu’ils ânonnaient  studieusement à chaque récréation et cela qu’il pleuve ou qu’il vente. Aujourd hui qu’ils sont pères et grands-pères, ils doivent sûrement éprouver de la fierté à voir leurs enfants franchir pour la première fois la porte de l’école algérienne, celle qui fera d’eux des responsables ou peut-être des chômeurs, qu’importe, mais des citoyens à part entière, soumis aux droits et aux devoirs imposés par un même collège. Bonnet d’âne ou punis au piquet près des cancres, l’école indigène a humilié et renvoyé plus d’un dans ses foyers : un bambin surpris en flagrant délit parler sa langue maternelle sans autorisation en dépit de plusieurs avertissements qui lui ont été adressés, un garçon atteint par l’âge de l’exclusion, un étourdi qui aurait fait cinq fautes d’orthographe au concours d’entrée en sixième même si par ailleurs il avait cartonné dans les autres matières. Le pauvre malheureux était appelé à rejoindre sans état d’âme la longue cohorte des cireurs et des portefaix qui encombraient en ce temps-là les rues et les places publiques. Tout était calculé au cordeau pour briser l’élan et la fraîcheur des petites djellabas. Le filtre de l’administration ne laissait rien passer, seuls quelques élus étaient alors admis dans les lycées. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Les mailles de notre système scolaire n’étant pas étanches, elles laissent finalement tout passer le bon et le moins bon. Résultat, nous récoltons en fin de cursus le moyen, le passable et le médiocre et souvent le pire et nous restons persuadés d’avoir produit le meilleur.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...