RSS

Lila mabrouka par El-Guellil

22 septembre 2012

El-Guellil

Je me retrouve par hasard coincé dans ma ville qui, le soir, plonge dans un univers parallèle où les magasins se réduisent à quelques rideaux baissés éclairés par des néons qu’on a oublié d’éteindre. A cette heure-ci chaque lampadaire représente un minuscule phare urbain, éclairant,de part et d’autre, des îlots d’âmes oubliées errant sur un bitume malmené par les travaux du tramway qui nous promet de nous mener vers l’ailleurs plus vite. Quelques groupes déambulent, près des escaliers qui mènent aux toilettes publiques, fermées le soir, à proximité des machines à saouls vomissant les retardataires. Oubliant que le mot « espoir » n’a plus qu’une consonance abstraite. Dans leurs chemises crades ils tuent le temps par habitude, n’ayant plus que la nuit comme refuge. D’où viennent-ils ? Ces individus qui attendent, sous ce qui reste des abribus, un transport qui ne viendra jamais. Ces hommes qui disparaîtront dès que pointe l’aurore, ne sont nullement concernés par le film insultant l’islam et son prophète, ni par les caricatures d’un journal… Eux, ils habitent le désespoir et n’ont même pas la force de lever les bras vers le ciel pour prier… Pourtant ils ont le même âge que ces jeunes en uniforme, postés devant les édifices qui font la décision.De temps à autre quelques ados en grappes silencieuses hument leur colle, au milieu de cette foire nocturne, jouant dans le théâtre de la folie. Ils jouent leurs représentations chaque soir, au ralenti, loin des applaudissements du discours officiel et des spectateurs cloisonnés dans leurs poulaillers fermés à double tour.

Le service de nettoyage, au petit matin, s’occupera de faire disparaitre toute trace, nettoyant la scène pour les prochains acteurs. Les vrais! Ceux qui existent dans les listes électorales et les registres d’état civil bourrés de fautes. Ceux qui s’amusent à interpréter approximativement des rôles de citoyens et qui émargent sur des pointeuses pour recevoir, chaque fin de mois, leur part de rente.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...