RSS

Professeur émérite : pour quels mérites ? par Mohammed Beghdad

20 septembre 2012

Mohammed Beghdad

Il a été annoncé avec fracas dans quelques journaux au début de cette semaine qu’une promotion de 105 professeurs de l’université algérienne va accéder au titre de professeur émérite[1]. 

Tant pis pour nous, diront certains. Tant mieux diront d’autres mais à condition que l’université algérienne dispose des bagages scientifiques et pédagogiques nécessaires pour l’accès à ce titre prestigieux qui doit couronner toute une belle carrière.

Pour postuler au passage au grade supérieur de professeur, un maître de conférences de classe A doit fournir un dossier académique et scientifique à la Commission universitaire nationale (CUN) au sein de laquelle siègent par disciplines des enseignants tous de grade Professeur pour examiner sur tous les plans les dossiers des candidats et en décidant enfin de l’octroi ou non de ce grade.

Mais pour passer au titre de Professeur émérite, les premiers fortunés n’ont pas besoin de passer par une Commission du même type qui devrait porter normalement le nom de Commission nationale d’éméritat (CNE). Cette histoire nous rappelle une autre qui a déjà eu lieu par le passé et dont de nombreux universitaires s’en rappellent amèrement aujourd’hui. On ne décrète pas l’octroi d’un titre ou un diplôme par la pondaison d’un texte, il doit se mériter selon les normes internationales et rien d’autres sinon on lui changerait de noms. En agissant de cette manière, on est en train de couler l’université algérienne et le pays avec, qui n’a pas besoin d’un nouveau scandale qui s’ajouterait aux autres dont on patauge encore dans leurs séquelles.

Dans sa disposition transitoire du statut de l’enseignant-chercheur[2], l’article 57 énonce que : sont nommés au titre de professeur émérite les professeurs justifiant, de vingt années d’exercice effectif en cette qualité ainsi que de productions scientifiques et pédagogiques depuis l’accès au grade de professeur et c’est tout, après avis du Conseil d’éthique et de déontologie de la profession universitaire (CEDPU) dont la création date du mois de juin 2004 [3]. Et c’est là la faille.

Pour contourner cet obstacle, les textes du statut de l’enseignant-chercheur font appel, comme on le distingue habilement, au fameux CEDPU qui est composé lui-même de 19 professeurs nommés par arrêté ministériel [4] voilà déjà plus de sept années, selon leur compétence et leur moralité, disons les sages de ce corps, pour émettre son avis quant à l’accès à ce premier titre suprême des professeurs impétrants pour la première fois dans les annales de l’université algérienne. La composante du CEDPU n’a pas changé à moins qu’elle ait été une fois renouvelée d’un autre mandat de quatre ans.

Donc, comme on le constate fort prudemment, des professeurs risquent de donner un avis sur la délivrance de ces titres à leurs propres personnes ! Et même si un professeur membre ne déposerait pas son dossier, il se retrouverait donc contraint à livrer un avis pour la promotion d’un de ses collègues à un grade plus supérieur que le sien. C’est complètement le monde à l’envers !

On va donc ainsi se retrouver devant un dilemme, exactement dans la même posture qu’un parlement qui discute de l’augmentation des salaires de ses membres que sont les députés et les sénateurs. Ou bien dans une commission d’attribution de logements où ses membres sont demandeurs. De point de vue éthique et déontologie, ce conseil (CEDPU) aurait donc joué toute sa crédibilité et sa probité comme son nom ne le présage point. Pourtant ce même conseil composé d’éminents professeurs n’a émis aucun avis sur cette question qui sent plus le piège plutôt que l’honneur et ce depuis la sortie des textes voilà déjà plus de quatre années.

La logique scientifique aurait été de créer d’abord une Commission provisoire d’éméritat qui serait constituée de professeurs émérites étrangers, ou ayant l’équivalent de ce titre, de différents pays scientifiques confirmés selon les normes internationales académiques qui étudierait alors les dossiers des premiers postulats. Ce n’est pas une ingérence politique mais plutôt scientifique comme ces dizaines d’instances internationales, à l’instar de l’UNESCO dont on fait appel pour toutes études pour lesquelles nous ne possédons pas les compétences requises identiquement comme l’évaluation de nos athlètes sportifs lors des jeux olympiques. Notre pays connait la valeur de la distinction d’une médaille d’or olympique.

L’Algérie ne serait que fier de ses professeurs émérites valorisés qui seraient élevés au titre de l’éméritat en suivant les règles universelles et ne traineraient nullement un complexe d’infériorité une fois qu’ils côtoieraient leurs collègues outre méditerranée ou outre atlantique. L’Algérie dispose de nombreux scientifiques de hauts rangs qui ont fait leurs preuves sous d’autres cieux et qui n’ont pas besoin de ce coup de pouce gracieux qui va les poursuivre comme leur ombre durant toute leur présence au sein de l’université algérienne et jusqu’à leur départ à la retraite. Cela va souiller énormément leur réputation. Ils auraient sans aucun doute préféré passer par une autre voie plus académique pour parvenir à ce titre. Nous nous posons la question si ce n’est, pour certains, l’indemnité d’éméritat qui les intéresse plus au détriment de la qualité des travaux.

Il faut noter que la future Commission nationale d’éméritat (CNE) qui sera chargée d’étudier les prochains dossiers des candidats à ce nouveau titre serait issue fatalement de cette première fournée de professeurs émérites, mais les règles vont changer. La CNE va en effet établir les nouveaux critères d’évaluation ainsi que la grille de notation y afférente.

On observe bien que d’autres critères seront exigés à la vague suivante comme on le remarque dans son article 55 [2] qui précise que :- Sont nommés au titre de professeur émérite, après avis de la commission nationale de l’éméritat, les professeurs remplissant les conditions suivantes :

-quinze années d’exercice effectif en qualité de professeur,

-avoir encadré jusqu’à leur soutenance des doctorats et/ou des magisters en qualité de directeur de thèse, depuis sa nomination dans le grade de professeur,

-avoir publié des articles dans des revues scientifiques de renommée établie depuis sa nomination dans le grade de professeur,

-avoir publié des ouvrages à caractère scientifique, des manuels et/ou polycopiés, depuis sa nomination dans le grade de professeur.

Le tir va être rectifié par la suite mais la question qui subsisterait inévitablement : va-t-on faire confiance à une commission dont certains de ses membres se sont autoproclamés professeurs émérites ? Une question qui va longtemps hanter les esprits des postulants à ce titre dont les premiers pas sont plus que jamais compromis.

C’est aussi l’une des raisons de notre échec. Que nos diplômes ne valent pas ceux des pays développés. Qu’un médecin sorti de nos facultés, se retrouve en train d’exercer le métier d’infirmier s’il est chanceux au Canada non sans néanmoins avoir refait toute une formation ou une mise-à-niveau dans les pays européens. Qu’un docteur universitaire soit recalé sous d’autres cieux à un niveau plus inférieur, etc. donc, si dévaluation il y a, ce sont ces imbroglios scientifiques de ce genre qui en sont la cause de ces catastrophes. Il faut tout une autre contribution pour faire l’état des lieux sur ce désastre et s’interroger sur la valeur réelle des diplômes délivrés. Je porte à la connaissance des lecteurs que ce Conseil (CEDPU) avait toute la latitude de se réunir librement en session ordinaire au moins deux fois par an sur une convocation simple de son président afin de se débarrasser de ce cadeau empoisonné. S’il s’est réuni au moins 9 fois comme le stipule les textes depuis sa promulgation, il aurait donc passé sous silence une situation qui le concerne tant éthiquement que déontologiquement au plus haut degré. Autre supplice, il existe dans ce conseil (CEDPU) des enseignants qui ne sont pas spécialistes des disciplines pour lesquels certains candidats auraient sans doute postulé pour le titre émérite. Il n’y a que douze grands domaines de spécialités composant ce conseil tandis qu’il existe environ 3000 spécialités de licence dispensées dans les établissements universitaires du pays.

On peut bien échoir sur le cas de figure d’un professeur en informatique dont le dossier serait examiné tout bonnement par son collègue en histoire et voir un professeur en ophtalmologie juger le travail scientifique d’un spécialiste en philosophie et vice-versa. On ne peut que rester bouche-bée devant cette burlesque situation. Doit-on fermer les yeux et passer en faisant semblant de jouer une parodie tragi-scientifique ? Ou s’arrêter un moment et se poser la question : dans quel cul-de-sac académique s’est-on fourré les mains et les pieds ligotés ? Un vrai cas de conscience professionnelle.

De plus, si on lit les textes du Conseil (CEDPU), ses prérogatives ne lui permettent absolument de discuter des dossiers purement scientifiques. Le décret exécutif fixant les attributions, la composition et le fonctionnement du CEDPU [3] et dans son article 2 montre bien que le conseil propose au ministre chargé de l’enseignement supérieur toute mesure relative aux règles d’éthique et de déontologie universitaires ainsi qu’à leur respect.

A ce titre, il est notamment chargé de proposer :

- les principes, règles et usages devant guider l’exercice de la profession d’enseignant de l’enseignement et de la formation supérieurs;

- les principes et règles devant régir les relations entre les enseignants et les autres composantes de la communauté universitaire ;

- les mesures applicables en cas de non-respect caractérisé de l’éthique et de la déontologie universitaires;

- l’ensemble des mesures à même de garantir les libertés des enseignants dans le cadre de la franchise universitaire;

- les formes d’actions par lesquelles l’enseignement et la formation supérieurs contribuent à la promotion scientifique et culturelle du citoyen.

Comme on le remarque fort logiquement, il n’est nullement question ici de l’attribution d’un titre supérieur sauf s’il fallait lire entre les lignes en interprétant cet article à la convenance de la situation.

En attendant, pleurons encore sur les quelques jours qui restent à vivre à notre université. Le salut ne peut venir que par une prise de conscience collective et une mobilisation générale de ces nombreux réels universitaires qui sont devenus très minoritaires par ces temps-ci et où la médiocrité règne en maîtresse absolue. Il ne s’agit pas là de redresser la situation chaotique mais uniquement pour sauver les meubles qui tiennent encore quelque peu debout.

Références :

[1] http://www.lexpressiondz.com/actualite/160501-105-enseignants-eleves-au-grade-de-professeurs-emerites.html

[2] http://www.joradp.dz/FTP/jo-francais/2008/F2008023.pdf (pages 16 à 25)

[3] http://www.joradp.dz/FTP/jo-francais/2004/F2004041.pdf (pages 20 et 21)

[4] http://www.mesrs.dz/document_pub/deja/bulletinoffmesrs2005-2.pdf

(page 151)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...