RSS

De la gestion technique de la barbe sauvage par Kamel Daoud

20 septembre 2012

Kamel Daoud

Au début, ils étaient le FIS : des milliers de centaines de milliers. Comment faire ? a dit le Pouvoir de cette époque. Les diviser, a été la réponse technique. Entre partisans de Benhadj, de Abassi, de Hachani. Puis les diviser en deux: ceux qui prendront les armes et ceux qui prendront des cuillères. Années 90. Puis ? Puis en quatre: GIA, puis AIS, puis GSPC puis le MIA. Pour l’équipe «montagne». Pour ceux de la plaine, c’était autre chose: on prend les islamistes à cuillère et on les divise entre FIS et Nahnah. On dissout alors le FIS et on laisse survivre Nahnah et son MSP. Quand Nahnah meurt début des années 2000, on divise la division en trois: Djaballah, Mokri, Soltani. Puis on coupe le courant de Djaballah entre plusieurs: Ennahda, El Islah et le Front pour la justice et le développement, dernier né de Djaballah, cet homme qui réussit si bien ses échecs. Fini ? Non. Le MSP sera par la suite divisé entre Soltani, Menasra et Amar Ghoul. Les partisans de la courbette, ceux de la prosternation et ceux de l’écrasement. Trois façons de prier l’avenir d’être un beau présent.

Et le mouvement de Djaballah depuis vingt ans ? Il sera divisé en morceaux tellement petits que lors des dernières législatives, il se retrouva seul avec sa femme et son beau-frère pour fabriquer une liste de candidats. C’est vous dire que s’il y a un régime qui a réussi à bien gérer ses islamistes, c’est bien le régime de chez nous. Diviser, filtrer, couper en petits morceaux jusqu’à ce qu’il ne reste des premiers islamistes du FIS que Djaballah et son épouse (avec nos respects car il s’agit là de leur image politique, pas de leurs personnes). Un jour, le but sera de diviser ce couple peut-être.

Du coup, un étrange spectacle algérien: on a des nationalistes fixes, des opposants fixes et un multipartisme islamiste ! C’est chez les islamistes que l’on retrouve les courants traditionnels de la démocratie: commerçants, vendeurs de lingerie, pro-Erdogan le patron turc, pro-wahabites, amoureux qataris, corporatistes, anciens prisonniers, chefs de chambres de commerce ou d’entreprises, gens de gauche et gens du djihad, etc. La scène islamiste algérienne agréée est tellement éparpillée qu’elle donne l’impression qu’elle est pluraliste, mais à l’échelle du grain de sable et du morceau de sucre. Et les islamistes armés ? Loin, au sud, dans le flou et le sable. Mais même là, selon les dernières informations, la guerre fait rage entre les émirs et l’argent des otages. Syndrome de Stockholm cependant: les islamistes sont vaincus politiquement mais le régime s’est islamisé idéologiquement. Les chiffres des élections prouvent que les islamistes reculent mais c’est le projet de la plus grande mosquée d’Afrique qui avance sur le reste du pays.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...