RSS

Archive | 19 septembre 2012

Les musulmans sont-ils innocents à ce point ? Par : Abdelmadjid Meziane

19 septembre 2012

Commentaires fermés

LA CHRONIQUE DE ABDELHAKIM MEZIANI   J’allais cette semaine, fidèle en cela à la parole donnée, s’il est permis de proposer un fondu/enchaîné sur le film brésilien d’Anselmo Duarte, de l’un des deux sujets effleurés par ma dernière chronique. Je voulais vous entretenir d’une innommable falsification de l’histoire portée dangereusement par un

Lire la suite...

L’Emir Moto et le Kaboul Eternel par Kamel Daoud

19 septembre 2012

Commentaires fermés

Il faut parler de lui car il fait l’actualité. Qui ? Le Abou de l’heure. Ellibi en Libye. El Masri en Egypte. Abou El Afghani en Afghanistan. Abou Leyth El Djazairi en Algérie. C’est selon. Nom Abou. Prénom : le pays où il est né et où il revient tué.

Lire la suite...

Ali Fergani Par : Hamid GRINE

19 septembre 2012

4 Commentaires

Ali Fergani  Par : Hamid GRINE

…PORTRAIT… Je connais Ali Fergani depuis toujours, exactement depuis que j’étais au Lycée Thalibiya d’Hussein Dey et lui vedette de notre équipe fanion, le NAHD.

Lire la suite...

Le roi des arts Par Kader Bakou

19 septembre 2012

Commentaires fermés

Culture : Le coup de bill’art du Soir Dimanche soir, une heure avant le début du spectacle, il y avait foule devant le Théâtre national algérien. C’était la deuxième journée du Festival national du théâtre professionnel d’Alger.

Lire la suite...

Les fantômes du matin Par Maamar Farah

19 septembre 2012

Commentaires fermés

Actualités : LE BONJOUR DU «SOIR» A l’époque d’ El Moudjahid, il nous arrivait de traiter du phénomène de la corruption. Mais, dans nos papiers, il n’y avait aucun cas concret, aucune société ou personne incriminée. Nous parlions de fantômes invisibles.

Lire la suite...

Ferhat Abbas, l’anti-héros Par Badr’ Eddine Mili

19 septembre 2012

5 Commentaires

Ferhat Abbas, l’anti-héros  Par Badr’ Eddine Mili

Contribution : Contribution Pourquoi l’Algérie officielle peine-t-elle ou tarde-t-elle, 27 ans après sa mort, à rendre à Ferhat Abbas ce qui lui revient et à reconnaître, avec la solennité qui sied, les éminents services qu’il a rendus à la patrie ? Sur le compte de quel inflexible préjugé, cette lenteur, cette réticence sont-elles à mettre ?

Lire la suite...

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...