RSS

Hitisme publicitaire par El-Guellil

17 septembre 2012

El-Guellil

Sommes-nous devenus non-voyants, non regardants ou simplement indifférents ? Les murs de la ville sont, depuis des ans, devenus des panneaux réceptacles de toute la communication de la cité. Bekri c’était le radio trottoir qui nous informait, aujourd’hui l’affiche se dispute le mur au hittiste. 

Que le mouvement associatif, en manque de subvention, squatte les murs, on peut le comprendre aisément, même si on n’est pas très d’accord. Mais que des centres de formation qui ont pignon sur rue et des établissements, machines à sous le fassent, il y a maldonne.

Oui, nous diriez-vous, ils sont «pénalisables» mais que dire et que faire quand, lors de campagnes électorales, les candidats et les partis désertent les espaces destinés à recevoir leurs slogans et portraits pour une adhésion au hitisme et… à la colle forte ? Que dire quand une campagne présidentielle couvre l’espace public et privé anarchiquement? Qui doit être pénalisé quand l’Etat ne respecte plus le citoyen, tout en lui demandant le respect des lois. On se rappelle que la commission de surveillance des dernières élections avait interdit aux partis la pub sur certains supports. Les murs eux, ont été tout simplement, tapissés de quadrichromies de tous formats et de toutes formations politiques. Nous voilà donc en plein informel. Est-ce que l’opération qui touche actuellement les commerçants qui squattent les trottoirs, s’étendra à ceux qui squattent les murs de nos immeubles, de maisons, de palais de la culture ? Et que dire quand le festival du cinéma commence à faire son cinéma d’abord sur les murs, démontrant ainsi que même les activités officielles, subventionnées à coups de milliards, se mettent à faire dans l’informel?

La propreté de la ville est l’affaire de tous ! alli yal khaoua, imprimons des milliers d’affiches et collez-les, colélé partout où vous trouverez un espace, une surface fraîchement peinte…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...