RSS

« Lettre du bout du monde » de José Manuel Fajardo

15 septembre 2012

LITTERATURE

Lettre du bout du monde est un récit historique. Une plongée dans le monde brutal de la conquête du Nouveau Monde.

José Manuel Fajardo.

Après sa découverte de l’Amérique, Christophe Colomb doit rentrer en Espagne. Il laisse une quarantaine d’hommes sur l’île d’Hispagnola. Leur mission ? Devenir les missionnaires de la chrétienté et surtout bâtir une ville, celle de la Navidad. Dans cette livre, basé sur des faits historiques, dont le style est tantôt relevé, tantôt grave et lyrique, José Manuel Fajardo brosse les grandeurs, rares celles-là et les petitesses, nombreuses, de cette communauté. L’histoire donc est celle des « barbares » que Domingo Pérez écrit à son frère, resté au pays, dans une longue lettre.

« Maintenant je sais, mon cher frère, que mon destin était écrit et qu’il ne conduit pas au paradis« , confie Domingo compagnon tonnelier. Plus loin, il écrit encore sur leur arrivée : « Nous avons des vivres en abondance, du biscuit pour un an et du vin à volonté. Nous disposons d’un arsenal fourni et même du canot de la nef enlisée qui a été sauvé du naufrage et peut encore nous rendre des services. Mais mon cher frère, tout cela ne saurait dissiper la solitude qui nous entoure et semble isoler chacun de son prochain. Nous échangeons peu de mots et beaucoup de regards : mauvaise farine, car si l’excès  de paroles a coutume de lâcher la bride aux idées sottes et aux malentendus, le silence nourrit les rancœurs et les pensées noires, ce qui est pire« .

Il va bien sûr relater une série de mésaventures et infortunes vécues par les chrétiens ou « barbares« , restés sur l’île d’Hispagnola.

En l’espèce, cette communauté constituée au pied levé découvre des Indiens pacifiques, crédules, accueillants, aimables, curieux et surtout confiants en ces chrétiens venus d’ailleurs. « Devant nos yeux s’étale le spectacle le plus fantastique que tu puisses imaginer » (…) Leur femmes « ont la peau d’une fraîcheur jamais vue, quel que soit leur âge, elles ont de grands yeux sombres, le sourire facile.  Et tant de grâce dans leur démarche qu’on croirait qu’elles dansent.« 

Seulement, tout est gâché par la cupidité de ces hommes. La découverte de l’or va semer la division entre eux. C’est la folie de l’or qui va sonner le glas de la compagnie. A partir de là, la recherche de cette matière précieuse guide leur pas. Au détriment des peuples indigènes qui en feront les frais. Les chrétiens pourchassent, tuent les autochtones et capturent leurs femmes.

Le dénouement est cruel pour ces chrétiens, mais leur cruauté aura été sans limite.

Pour tisser la trame de ce roman historique, José Manuel Fajardo, historien de formation, né en 1957 à Grenade, a mêlé faits historiques, personnages qui auraient existé à certains, fictifs.Lettre du bout du monde revient, dans la tradition des épopées du XVIe siècle sur le sort tragique des premiers Espagnols arrivés sur le Nouveau Monde. Et dans cette quête de se rapprocher au plus près de la réalité de l’époque, le romancier a échappé aux artifices ronflants et pompeux pour faire un livre profond et tout en sensibilité.

Mais au-delà de l’histoire en elle-même, Lettre du bout du monde est une réflexion sur les dérives du pouvoir, la puissance, l’altérité et la lâcheté des hommes devant l’argent et l’adversité. Car en définitive, qui sont les « barbares » ? Les conquérants ou les indigènes ?

Dans une préface lumineuse, Luis Sepulveda écrit : « Voici un livre inoubliable, car il est très difficile d’échapper au frisson que nous apporte la lecture du dénouement tragique du premier acte de liberté assumé par un personnage qui devient aussitôt le symbole d’un doute terrible qui n’a toujours pas été dissipé : comment déterminer une fois pour toutes la signification de l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde ?« 

Lettre du bout du monde est un livre d’une conversation muette qui décrit la cupidité des hommes. Il offre un savoureux moment littéraire. A lire.

Kassia G.-A.

Lettre du bout du monde de José Manuel Fajardo

Editions Métailié

Source 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...