RSS

Café, bar, restaurant Par Kader Bakou

14 septembre 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

Il était une fois un bar-restaurant à Alger. Le décor n’a pratiquement pas changé depuis la période coloniale. C’est toujours le même comptoir en bois et les mêmes chaises autour des mêmes tables.
Les clients, tout en buvant un coup, admirent les jolies toiles accrochées au mur, peintes par un artiste pied-noir. Si ce n’est le fait qu’il soit un bar, cet espace où se rencontrent des habitués passerait inaperçu. Des gauchistes y côtoient des «bourgeois» sans le moindre problème, parfois autour du même gueuleton. Le propriétaire du bar-resto est un homme assez âgé, lui-même «consommateur avec modération» de bon vin. Mais ses fils ne sont pas comme lui. Sachant que la vente et la consommation de boissons alcoolisées est haram (illicite du point de vue religieux), ils insistent auprès de leur père «indigne» pour qu’il transforme le bar en café. Un jour, il finit par céder. Il laisse le local à ses enfants et prend sa «retraite». Le bar devient un café. La plupart des jeunes du quartier y entrent pour la première fois. Les portes qui étaient presque tout le temps fermées (par discrétion) sont maintenant tout le temps ouvertes aux quatre vents. Mais il y a pire. Le quartier a perdu sa quiétude. Des cris et des éclats de rire se font entendre tout le temps. Mais ce qui gêne les habitants des immeubles voisins, ce sont ces hommes qui tapissent les murs tout autour du café. Un verre de café à la main, ils sont comme cet «homme qui regardait les fenêtres» pour reprendre le titre d’un film de Merzak Allouache. Les femmes ne peuvent plus regarder par la fenêtre ou sortir sur le balcon. Les gens regrettent le bar, mais personne n’ose le dire. Nous étions en 1989…
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...