RSS

Course par El-Guellil

12 septembre 2012

El-Guellil

Comme le disaient souvent nos vieilles sages grands-mères, «ma t’khalet noukhala, ma yen’kbouk djadj». Un adage, bien de chez nous, qui s’applique à la situation actuelle où le modernisme est porté comme les vieilles chaussettes. Les poules, quand elles ont envie de te picorer, elles te confondent avec la graine car l’ivraie est déjà consommée et cela ne les empêchera pas de dormir en toute quiétude. En quoi cela peut-il concerner l’adage ? Une question pertinente qui mérite une longue réflexion surtout quand ces vieilles chaussettes sont mal portées, ou plutôt le modernisme est mal entamé. 

Donc, il ne faut jamais mélanger la plèbe avec la «haute soce» parce que cela donne de mauvaises odeurs ne plaisant pas aux poules. Il ne faut surtout pas jouer au riche quand on n’a pas un «doro» dans une poche déjà usée à force de confondre la menue monnaie et les boutons de sa chemise. Bien sûr, «el-hikem» dans la vie sont nombreuses. Pour ne pas être pris pour une graine, il faut savoir se retirer de la «meïda» quand la dignité n’est pas servie en même temps que la charité. Contrairement aux rassasiés, les avides, rongés par la cupidité, ont consommé pratiquement tous les ingrédients donnant une mauvaise haleine. Pourquoi donc se mettre dans une place, ou rang social, qui n’est pas sien. Pourquoi faire dans le «heu» et vendre du vent, en sachant pertinemment que tout est illusion et mirage dans une société dominée par des figurants, qui occupent les premiers rangs au détriment des vrais acteurs. Alors, circulez, le cinéma se joue ailleurs… Cela rappelle un travailleur qui est venu demander une augmentation à son patron.

«Mais vous êtes assez bien payé lui fit remarquer son boss».

- Oui mais je n’arrive pas à joindre les deux bouts. Mes fins de mois sont très difficiles.

- Je ne comprends pas !

- C’est que j’ai contracté un crédit pour l’achat d’une maison. Un autre crédit pour l’achat d’un véhicule. En plus j’ai inscrit mes enfants dans une école privée… résultat je n’arrive même plus à faire mes courses…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...