RSS

De la vérité contrefaite par Moncef Wafi

11 septembre 2012

Moncef Wafi

Rumeurs et échéance réactivent l’électrocardiogramme national à plat depuis le 10 mai. Dans un pays où l’authenticité et les vraies valeurs du nationalisme politique et économique sont brandies en étendard pour souligner la bonne santé du candidat à un sourire de reconnaissance et à un poste de responsabilité, la contrefaçon s’invite et s’installe en terrain conquis. Du sentiment au dernier clou, du discours politique à la courroie de transmission d’une 205 poussive, des chiffres sur le terrorisme résiduel à la montre Omega, made in China, tout est sujet à contrefaçon. Le taux de participation, le JT officiel, l’intérêt populaire pour la politique, le sigle des partis, le bonheur du peuple d’en bas, la liberté de la presse, la nationalité de l’argent, l’influence des étoiles et la météo sont frappés du sceau de la contrefaçon qui échappe aux statistiques douanières. La contrefaçon, à force, est en passe de devenir une constante nationale avec la démocratisation du procédé à tous les pans de la nation. Elle s’inscrit, dorénavant, dans une logique de gouvernance où tout et n’importe quoi, ont leur propre existence avec photo et CV mais également leur reflet, enjolivé, empaqueté et prêt à être vendu à la première échéance. Vrais, faux moudjahidines, fausse déclaration et véritable saignée du pays, larmes d’origine et passeport de substitution, le pays navigue entre deux visions du monde, l’une algérienne et l’autre parfaite, finissant par confondre les deux rives et verser fatalement et irréversiblement vers la schizophrénie. Dans un pays où se côtoie fausse barbe et vrai compte en banque, où travaille smicard authentique et l’ombre de l’UGTA, où dort sur un toit le fils du pauvre et un ministre sur le dos des Algériens, le fossé se creuse chaque jour et à chaque baril de pétrole exporté entre le peuple oublié et les derniers étages de la République. A opposer deux versions parallèles d’un même produit, on se dirige forcément vers l’aliénation d’une des parties en conflit et son éradication. A vouloir faire subsister la gauche et la droite, le noir et le blanc, le ciel et la terre, le peuple et le gouvernement, les décrets et la corruption, la démocratie et les chancelleries, on contribue à renflouer les statistiques sur la contrefaçon. Dans un pays où crier sa colère est assimilé à un début d’émeutes, où ne pas aller voter par conviction à un semblant de corruption, où chercher un autre pays au risque de sa vie à une tentative d’assassinat, la contrefaçon des cosmétiques, de la pièce détachée et des médicaments, même si elle charrie leurs dangers de mort, fait pâle figure.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “De la vérité contrefaite par Moncef Wafi”

  1. loterie Dit :

    Merci pour cet article très intéressant!

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...