RSS

Blond-Blond et Oran El-Bahia Par Kader Bakou

11 septembre 2012

Kader Bakou

Culture : Le coup de bill’art du Soir

A Alger, notamment, certains appellent «Blond- Blond» (ou Blanc-Blanc) tout albinos ou toute personne blonde de type nordique. L’origine de ce surnom remonte loin dans le temps. 
Natif d’Oran, Blond-Blond, de son vrai nom Albert Rouimi, est un célèbre chanteur. Le surnom de «Blond-Blond» lui a été donné à cause de son albinisme. Encore enfant, Blond-Blond allait dans les cafés pour écouter chanter de grands artistes comme cheikh Larbi de Tlemcen. Il va ensuite faire ses premières vocalises auprès de Saoud El-Medioni dit «l’Oranais». En 1937, il débarque à Paris. Dans la capitale française, il interprète dans des radio-crochets des chansons de Juanito Valdemara, Charles Trenet ou encore de Maurice Chevalier. Il retournera à Oran deux années plus tard. Durant la Seconde Guerre mondiale, il se produit souvent en Algérie et au Maroc dans un style léger nouveau (il sera surnommé «l’ambianceur »). Mais en faisant connaissance avec Lili Labassi, il va pencher vers le chaâbi. Blond-Blond maîtrise parfaitement le répertoire classique (musique andalouse), mais préfère un style plus contemporain influencé parfois par le flamenco et le tango. En 1946, il retourne à Paris. Il chante dans des soirées privées (mariages et circoncisions). Il se produit également dans des cabarets à la mode dont Au Soleil d’Algérie, El Djezaïr, Les nuits du Liban ou Le Nomade. Blond-Blond accompagne également les artistes judéo-maghrébins Line Monty et Samy El Maghribi. Parfois et comme percussionniste ( tar), il fait partie des orchestres d’autres artistes maghrébins. En 1962, il chante à Asnières (France) pour l’indépendance de l’Algérie. Blond-Blond est et retourné en Algérie en 1970 et en 1974 pour se produire au Koutoubia d’Alger. Albert Rouimi qui fait partie des grands artistes judéo-maghrébins est mort à Marseille en 1999, à l’âge de 80 ans. Parmi ses plus grands succès figurent Lillah ya l’ ghadi le essahra, Min baâd el ghiba, Qaddam el cadi et surtout Wahran el bahia, chantée jusqu’à aujourd’hui par les artistes algériens parfois avec d’autres paroles.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/09/11/article.php?sid=138976&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...