RSS

«Floussssse» par El-Guellil

11 septembre 2012

Non classé

«Floussssse» par El-Guellil 1-000-Dinar-Algerie--300x132
Il ne se trouve pas une personne que tu rencontres qui ne parle pas d’argent. Cela devient le seul prisme de leur existence. Koulchi flousse. C’est leur seule motivation. Flousse, flousse. La seule valeur. Tout en leur donnant raison, tu es parfois désarçonné par temps de vide et surtout par la certitude qu’ils ont que tout le monde ne doit penser que comme cela. Toute action humaine est jugée selon leur seule grille floussienne.  Attention ne leur parlez surtout pas d’acte gratuit. Ni d’aider l’autre. Batal yabtal. Alors, partager, leur semble totalement étranger et même louche. Même les actes les plus anodins sont source de méfiance. Aider une personne âgée à porter ses sacs trop lourds (je dois les rassurer, je ne vais pas m’enfuir avec leurs courses), tenir la porte à une personne pour la laisser entrer… Les gens sont sur la défensive, méfiants… les valeurs que tu as reçues par ton éducation, c’est du bekri de begri dépassé. Alors que ta plus belle récompense était d’aider l’autre et voir ses yeux briller par reconnaissance, aujourd’hui tu paraîtras comme une gouffa, vieux jeu. El youm, entre faire un boulot estimé utile à la société et une khdima bien payée sans intérêt social, le choix est vite fait. Non les gens n’ont pas changé, c’est toute la vie qui te conditionne à prendre un choix. Triste… Crise économique. Angoisse du «de quoi sera fait demain». Précarité économique et psychologique. L’image que nous renvoie les médias: pour être heureux, il faut consommer. Sinon la société s’écroule. Pour consommer, il faut de l’argent, pour avoir de l’argent, il faut un boulot, pour avoir un boulot, il faut avaler des couleuvres, ce qui rend les gens plus agressifs. Koulni naklek. Coulini ou je te coule. Les gens font peur…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “«Floussssse» par El-Guellil”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    LA BANQUE D’ALGÉRIE COMPTE LES ÉRADIQUER D’ICI AU MOIS DE NOVEMBRE PROCHAIN
    Finis les billets de 200 DA
    Finie la circulation des billets de 200 DA. D’ici le mois de novembre prochain, ces billets ne seront plus disponibles sur le marché, et seront remplacés par les nouvelles pièces de 200 DA. C’est ce qu’a affirmé hier, le gouverneur de la Banque centrale d’Algérie, Mohamed Laksaci. Selon lui, une opération de récupération des billets de 200 DA est lancée au niveau des bureaux de postes, depuis plus de deux mois. «Tous les billets rentrant à la poste ne sortiront plus. Cette opération est lancée depuis 2 mois», affirme Laksaci avant d’ajouter que «d’ici le mois de novembre prochain, les vieux billets de 200 DA ne seront plus disponibles sur le marché». Cependant, ce que nous remarquons actuellement, est que les pièces de 200 DA, mises en circulation en juillet dernier à l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie, sont parfois «introuvables ». Laksaci explique dans ce sens qu’il faudrait du temps pour que ces pièces soient disponibles sur le marché. Le gouverneur de la Banque d’Algérie souligne également que les billets de 1 000 et 2 000 DA circulent désormais largement que ceux de 200 et de 500 DA. Ceci est dû notamment à la cherté de la vie. Par ailleurs, Mohamed Laksaci a indiqué que les réserves de change de l’Algérie ont atteint 186,32 milliards de dollards à fin juin 2012, contre 182,22 mds de dollars à fin décembre 2011. S’agissant de l’inflation, après avoir été relativement stable mais élevée, comprise entre 3,5 % et 3,9 % au cours du premier semestre 2011, son taux en moyenne annuelle a enregistré un rythme haussier de juillet 2011 à juin 2012, qui s’est accéléré à partir de janvier 2012, atteignant ainsi un niveau «record» de 7,29 % à juin 2012 contre 5,91 % à mars de la même année. Cette tendance traduit probablement la persistance de l’inflation, suite au choc sur les prix intérieurs de certains produits de base. En outre, Laksaci a conclu qu’après examen des principales tendances monétaires du premier trimestre 2012 et des risques d’inflation, la Banque d’Algérie a pris deux mesures de politique monétaire, visant ainsi à «résorber l’excès de liquidité sur le marché monétaire et à atténuer son effet inflationniste». Par conséquent, le taux des réserves obligatoires a été porté à 11 % à compter de la mi-mai, alors que le niveau de la reprise de liquidités s’est accru de 250 mds de dinars dès avril, atteignant ainsi 1 350 mds de dinars.
    Smaïl Ikhelif

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...