RSS

L’effet Sellal ? par Moncef Wafi

5 septembre 2012

Moncef Wafi

Ouyahia débarqué, c’est à Sellal qu’échoit la délicate mission de sortir le pays du bourbier où il s’est enlisé et de le conduire dans une autre direction que celle du mur vers où il courait, tête baissée. L’homme aura à ses côtés la présomption d’innocence qui a tant fait défaut aux gouvernements passés.Et même s’il n’est pas tout nouveau dans le microcosme politique national, il n’en demeure pas moins que sa nomination met fin au tandem Belkhadem – Ouyahia qu’on nous servait à satiété comme si l’Algérie de la politique était limitée à ces deux seuls noms. Si ce n’était pas l’un, c’était l’autre. Hadj Moussa et Moussa Hadj. Une bipolarité qui avait fini par assassiner les derniers espoirs citoyens de voir un changement en mieux dans la gestion des affaires. Bénéfice du doute mais également l’assurance qu’il ne peut pas faire pire, la présence de Sellal à la tête de l’exécutif augure, et tout le monde l’attend, d’une nouvelle ère avec de nouvelles têtes de premiers de la classe pour mener à bien les différents dossiers en suspens et qui pourrissent la vie aux millions d’Algériens. Car c’est avec beaucoup d’appréhension et d’espoir que cette Algérie d’en bas lève les yeux vers le palais du gouvernement et prie, avec force ferveur, que les ministres squatteurs soient délogés de leurs rentes et renvoyés à la vie civile. Au-delà des changements de noms et de CV, l’Algérie attend qu’on change surtout de comportement avec elle et ses besoins. Qu’on ne la prenne plus du haut des ministères et qu’on lui rende enfin sa dignité foulée aux pieds de l’affairisme, du népotisme et des rhumatismes qui nous gouvernent. Sellal aura pour tâche de redonner confiance aux Algériens, trahis et oubliés par Alger.

Il devra anticiper une rentrée sociale bouillonnante qui risque de déborder du cadre social. Il devra tout revoir, du factotum jusqu’à l’antichambre de la présidence, s’atteler à ce qu’il y ait moins de corruption dans les couloirs des ministères et prendre les décisions, lui, et pas dans son dos et avoir le courage de tourner la page. Il devra aussi éteindre les immolations et pacifier la rue. Remettre les matraques dans leur fourreau et rendre la justice aux tribunaux. Il devra également redorer le blason de la diplomatie algérienne rendue inaudible à force de chuchotements. Il aura à chasser les Qatariens de nos déserts et achever le terrorisme résiduel. Sellal aux commandes, c’est tout un pays qui se reprend à respirer, forcé de voir son Algérie au bord du gouffre, alors que le reste du monde, ses amis en premier, essayer de lui faire faire un pas vers l’avant ou lui donner une grande tape dans le dos. Alors autant souhaiter à Sellal bonne chance et surtout qu’il ramène du sang neuf à la tête des ministères et des institutions.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...