RSS

Elle s’appelait Fifi Temam…

1 septembre 2012

Contributions

Elle s’appelait Fifi Temam… dans Contributions Fifi-Temam…-239x300

le 09.08.12 | 10h00

Le 9 août 2011 nous quittait à jamais une mère, une amie, une grande patriote, emportée par la maladie à l’âge de 77 ans.

Pour celles et ceux qui l’ont connue, ils se souviendront d’une femme généreuse, courageuse et surtout d’une grande humilité, toujours prête à aider lorsqu’elle était sollicitée.Son passé militant commença à la fin de l’année 1957, peu après l’arrestation de son mari,
Abdelmalek Temam, au mois de juin de cette même année, date à laquelle il fut emprisonné jusqu’en 1962. Avant son arrestation, ce dernier occupait le poste de responsable de la Zone autonome d’Alger, après le transfert du Comité de coordination et d’exécution (CEE) vers la Tunisie.Connaissant l’esprit patriotique de ce couple, les moudjahidine ont pris contact avec Fifi Temam, afin que sa villa de la cité PTT à Hydra leur serve de lieu d’hébergement et de transit. Alors qu’elle travaillait comme assistante dans un cabinet médical, elle quitta son emploi pour se consacrer pleinement à sa nouvelle fonction d’agent de liaison, d’intermédiaire pour le traitement du courrier, ainsi qu’à d’autres missions qui lui étaient confiées. Ses missions se faisaient avec les moudjahidine de la Wilaya IV. Parmi les personnes qui ont logé et transité chez elle, on peut citer Djamel Bennaï dit Si Djamel, Youcef Bellamine dit Si Boualem et Djamila Boupacha. Elle assura cette mission avec courage et patriotisme pendant presque trois années, jusqu’en février 1960.

Le 9 février 1960, le QG de la famille Chaâbane, à Saoula, qui servait de refuge à des moudjahidine fut pris d’assaut par l’armée française. Trois d’entre eux ont été tués, et les autres ont été arrêtés et emprisonnés, dont Mohamed, Malika et Wahiba chaâbane. Dans les documents retrouvés dans ce quartier général, figurait le nom de Fifi Temam, ce qui aura été, quelques jours plus tard, à l’origine de son arrestation, le 12 février 1960.

Envoyée en premier lieu au centre de torture et d’interrogatoire du Génie, à Hussein Dey, elle y subit des tortures, elle fut ensuite transférée au centre de tri de transit de Beni Messous. Incarcérée plus tard à la prison de Serkadji, le tribunal militaire la condamna à une année de prison ferme. A sa sortie, en février 1961, elle n’hésita pas à reprendre aussitôt les mêmes activités d’agent de liaison, en contact avec l’organisation FLN/ALN de la Wilaya IV, et ce, jusqu’à l’indépendance.

Son mari, Abdelmalek Temam, après avoir été directeur du plan, fut nommé à la tête de la Banque nationale d’Algérie dont il est l’un des fondateurs en 1966, puis ministre des Finances en 1976. Tout en étant l’épouse d’un homme important, Fifi Temam ne changea jamais son comportement envers les autres et son esprit patriote resta toujours présent en elle.
En 2006, elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer de l’ovaire. Elle a lutté contre cette maladie pendant cinq ans jusqu’aux trois derniers mois de sa vie, lorsque la maladie la domina complètement. Grâce à son courage de toujours, elle a pu cacher ses souffrances à ses enfants et à ses proches. Elle fut rappelée à Dieu le 9 août 2011 pendant le mois de Ramadhan, avec le bonheur d’être entourée de tous ses enfants et des membres de sa famille. Elle est partie pour toujours, mais son âme restera dans nos cœurs à jamais.
Pour la famille, son fils Temam Sid Ali

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...